mardi 15 octobre 2019
A VOIR

|

Vidéo – Camille Lacourt à Tahiti : “Amusez-vous, que ce soit en eau libre ou dans un bassin”

Publié le

Publié le 30/11/2018 à 9:52 - Mise à jour le 24/06/2019 à 15:51
Lecture 3 minutes

Vous étiez déjà là pour la première édition, c’est signe que le Pays vous plaît ?
“J’adore cette île, j’adore l’ambiance qu’il y a, j’adore les Tahitiens, leur simplicité, leur gentillesse… Et le paysage est juste extraordinaire. Donc je suis ravi d’être là et de promouvoir la natation encore une fois.”

La première édition était très axée sur la performance, là, beaucoup d’animations culturelles son prévues. Lundi, vous allez faire de la pêche au caillou, c’est une découverte pour vous ?
“On avait déjà fait pas mal d’animations culturelles la dernière fois. On avait eu la chance de pouvoir aller sur les hauteurs voir des temples. Mais n’on avait pas fait de pêche au caillou. Ce sera effectivement une première. Je suis curieux d’apprendre tout ça.”

La semaine prochaine, vous allez participer à des courses avec le grand public, avec les scolaires et avec des jeunes nageurs. En tant que champion, qu’est-ce que vous souhaitez transmettre aux jeunes qui vous regardent avec admiration ?
“Si j’ai une seule chose à transmettre, c’est de prendre du plaisir. La natation est avant tout un sport, et pour faire du sport il faut prendre du plaisir. Amusez-vous, que ce soit en eau libre ou dans un bassin. Éclatez-vous, et la natation pour ça, est vraiment géniale.”

>>> Lire aussi : Tahiti Swimming Experience : 3 jours de culture, 3 jours de sport

On parle souvent de la natation comme un sport ingrat : il faut faire des longueurs, compter les carreaux… Vous voulez aussi partager le côté positif de ce sport, tout ce qu’il vous a apporté de bon, et cet esprit d’équipe qui persiste malgré l’individualité de cette discipline ?
“C’est sûr que de l’extérieur, on dirait vraiment que c’est horrible, invivable… Mais en réalité, ce n’est pas du tout ça. C’est une aventure humaine extraordinaire. C’est une cohésion autour d’ambitions, d’entraînements… Je suis tombé amoureux de cet état d’esprit et aujourd’hui, j’ai envie de le transmettre au maximum.”

Quand vous étiez jeune nageur, vous aviez des idoles ? Vous espériez quoi d’eux ?
“Peut-être pas des idoles, mais des exemples, oui. J’espérais qu’ils soient cool. Je n’ai pas envie de voir des gens super fermés parce qu’ils ont un palmarès. Je suis plus attaché à la personne. Quand j’étais petit, j’ai eu la chance de voir Alexander Popov qui était à l’époque la légende de la natation. Il nous demandait de venir l’aider pour faire des exercices. Et ça, quand on a une dizaine d’années, c’est juste magique. Quand j’ai réussi à être pas trop mauvais, je me suis que j’allais garder le même état d’esprit et que je voulais qu’un jour des gens disent la même chose de moi.”

Cette édition est axée sur la nage en eau libre, autrement dit, dans le lagon et en haute mer contrairement à la natation en bassin. Ce n’est pas vraiment votre spécialité la longue distance, mais c’est une discipline qui prend de plus en plus d’ampleur, surtout ici en Polynésie où nous manquons d’infrastructures et où nous avons des lagons magnifiques. Selon vous, c’est une discipline qui devrait être autant médiatisée que la natation en bassin ?
“La médiatisation de la natation en eau libre est récente, donc il va falloir encore un peu de temps. C’est un peu comme le cyclisme sur piste et le cyclisme sur route. C’est très intéressant à regarder, il manque encore de la technologie pour suivre car il faut être intelligent durant la course tellement elle dure longtemps. C’est énormément de stratégie mais c’est vraiment plaisant et c’est un sport tellement difficile qu’on est obligé de rester bouche bée et en admiration devant ces courses. Mais ça va venir parce qu’il y a des images somptueuses à Tahiti.”

La deuxième édition de la Tahiti Swimming Experience sera cette année tournée vers la natation en eau libre. L’événement s’étalera sur six jours : trois journées sportives, animées par des compétitions de natation, et trois journées culturelles. L’objectif de l’événement est de faire la promotion de la natation, en particulier en eau libre, et de promouvoir le sport santé et le sport tourisme.
 

Rédaction web avec Tamara Sentis

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

La petite fourmi de feu : un désastre écologique

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Turama vous éclaire sur le démarchage à domicile

L’enquête Fetii Fenua vient de démarrer. Initiée par l’Institut de la Statistique, elle doit permettre de mieux connaître les mouvements de population en Polynésie et leurs besoins. Des enquêteurs viendront vous rendre visite. Comment les différencier des démarcheurs ? Nous répondons à cette question avec notre invité Raiarii Tama, chargé de communication de la Direction générale des Affaires Economiques (DGAE).

Tautira : un ahima’a géant pour 2600 convives

Plus de 2600 femmes protestantes se sont réunis samedi à Tautira pour donner leur analyse spirituelle de l’amour. Pour l’occasion, la paroisse de Tautira a préparé un four tahitien exceptionnel.
<