lundi 14 octobre 2019
A VOIR

|

En 2019, les surfeuses gagneront autant que les surfeurs

Publié le

Publié le 16/09/2018 à 14:44 - Mise à jour le 24/06/2019 à 15:52
Lecture 3 minutes

Bonne nouvelle dans le milieu du surf professionnel : dès 2019, les surfeuses obtiendront les mêmes primes que les hommes. “Cette décision est simplement la bonne décision à prendre (…) Nous voulons être en première ligne pour pousser à l’égalité dans tous les domaines de la vie” a commenté fièrement Sophie Goldschmidt, la directrice générale de la World Surf League, qui se présente aujourd’hui comme la première ligue professionnelle établie aux États-Unis à promouvoir l’égalité salariale entre ses sportifs et sportives. En effet, dans d’autres pays, d’autres sports professionnels ont déjà instauré une égalité salariale entre les hommes et les femmes, comme la Norvège pour les équipes nationales de football, et la France pour les équipes de handball.

>>> Lire aussi : Teahupoo Arii Horue : un festival de surf à Tahiti

Pour rappel, en 2018, la dotation globale du circuit masculin de surf était de 607 800 dollars (environ 62 101 258 Fcfp), avec 36 surfeurs en lice, et de 303 900 dollars (environ 31 050 629 Fcfp) pour le circuit féminin, avec 18 sportives admises.

> Une belle avancée saluée par Kelly Slater et Stéphanie Gilmore

Cette décision de la WSL a été saluée par de nombreux surfeurs et surfeuses. Notamment l’Américain Kelly Slater sacré onze fois Champion du monde : “Les surfeuses du circuit mondial méritent cette réforme, je suis si fier que le surf ait choisi de donner l’exemple dans le sport pour l’égalité et la justice”.

>>> Lire aussi : Vidéo – Le surf traditionnel en démonstration

L’Australienne Stéphanie Gilmore, sextuple Champion du monde de surf et qui fera ses débuts olympiques en 2020 à Tokyo a également commenté l’annonce sur son compte Instagram : “Comme toutes les femmes athlètes, lorsque vous êtes en compétition, vous êtes focalisées uniquement sur la victoire. La différence de prime entre les hommes et les femmes ne traverse pas votre esprit à ce moment-là. (…) Aujourd’hui, je suis très fière d’être une femme qui surfe. (…) Parce que ce n’est pas juste du surf ou un sport, c’est le combat des femmes pour l’égalité. Et il est partout.” D’autres surfeuses ont réagi sur les réseaux sociaux avec le hashtag #CatchThisWave (« Prends cette vague ») telles que Lakey PetersonSally Fitzgibbons, Coco Ho, Carissa Moore ou encore Pacha Light.

Voir cette publication sur Instagram

Like every female athlete, when you are out there competing, your only focus is on winning. The difference in prize money between men and women never crosses your mind in the heat of competition – you are too busy going all out. Today is a very proud day for me. I’m proud to be a surfer. Proud to be a female surfer. I feel like the momentum in our society to have this conversation is incredible — because it’s not just in surfing, or in sport, that women are fighting for equality. It’s everywhere. And for this announcement to come now, and for it to happen during my career. Thank you @wsl Nelson Mandela once said, “Sport has the power to change the world.” #CatchThisWave #EqualByNature #makewavesmovemountains

Une publication partagée par Stephanie Gilmore (@stephaniegilmore) le

Rédaction web avec Noémie Schetrit

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

La petite fourmi de feu : un désastre écologique

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires