lundi 14 octobre 2019
A VOIR

|

Edouard Fritch, à propos de l’étude du Docteur Sueur : « Je crains l’effet de panique »

Publié le

Publié le 24/01/2018 à 10:19 - Mise à jour le 24/01/2018 à 10:19
Lecture 2 minutes

L’article est paru ce samedi dans le Parisien. Il fait état d’un rapport rédigé par le docteur Christian Sueur, responsable jusqu’en décembre 2017 de l’unité de pédopsychiatrie du centre hospitalier de Polynésie française.

Dans ce document, le docteur parle “d’anomalies parfois couplées à des retard mentaux chez de nombreux enfants”. Ses observations seraient le fruit de recherches cliniques et de consultations menées entre 2012 et 2017 dans les cinq archipels de Polynésie française, en particulier aux Tuamotu et aux Gambier, zone la plus touchée par les retombées radioactives des 46 essais atmosphériques menés à Moruroa et Fangataufa.  

Parmi les 271 enfants, examinés pour des troubles envahissants du développement, 69 présenteraient des anomalies morphologiques et/ou des retards mentaux. 

Ce mercredi, lors de l’installation du centre de la mémoire des essais, le président Edouard Fritch a réagi sur cette étude. En écho aux propos de Yolande Vernaudon, déléguée au suivi des conséquences des essais nucléaires, relayés par Tahiti Infos, le président du Pays fustige le document :

« En tant qu’homme responsable, je crains et j’ai craint l’effet de panique. Quand on vous dit que le quart de vos enfants risquent d’être malformés aujourd’hui parce que ce sont des enfants issus du nucléaire, ça me fait mal au cœur. […] Je vous rappelle, qu’il y a deux ans, quand j’ai fait venir Monsieur Barrillot, nous avons lancé une étude génétique, c’est important de le savoir. Mieux vaut le savoir que de laisser des gens, comme le docteur Sueur, des choses qui créent la panique. Ça me rend triste car c’est une information super importante et il faut la rectifier car ce n’est pas la vérité. »
 

Rédaction web

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

La petite fourmi de feu : un désastre écologique

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Tautira : un ahima’a géant pour 2600 convives

Plus de 2600 femmes protestantes se sont réunis samedi à Tautira pour donner leur analyse spirituelle de l’amour. Pour l’occasion, la paroisse de Tautira a préparé un four tahitien exceptionnel.

Moloka’i Hoe : la préparation des juniors d’EDT Va’a

La grande course hawaiienne Moloka’i Hoe aura lieu ce dimanche. Sur le départ, on retrouvera l’équipe junior d’EDT Va’a, qui signe sa première participation.

Le pourquoi du black-out à Tahiti

Patrick Desfour, chef du service exploitation réseaux Tahiti chez EDT, était notre invité en plateau pour nous expliquer le pourquoi du black-out qui a touché Tahiti pendant 4 heures jeudi après-midi.