mardi 15 octobre 2019
A VOIR

|

Le Ia mana te nuna’a soutient Jean-Luc Mélenchon

Publié le

Publié le 11/04/2017 à 12:42 - Mise à jour le 11/04/2017 à 12:42
Lecture 2 minutes

“Les 22 avril et 6 mai soyons insoumis”, propose le Ia mana te nuna’a dans un communiqué de presse daté d’aujourd’hui. Le parti annonce qu’il votera pour Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle : “en raison de la proximité idéologique” entre les deux structures politiques.

Pourtant, il y a cinq ans, le parti s’était rangé derrière François Hollande : “En 2012 nous étions dans le cadre de l’UPLD. A partir du moment où l’une des composantes de l’UPLD a décidé de ne pas participer à l’élection présidentielle , nous avons, nous, décidé de participer, et de choisir celui qui était idéologiquement le plus proche de nous”, commente Jacqui Drollet. “Il a évolué, il a mis un peu d’eau dans son vin, et il s’est rapproché encore plus des positions du Ia mana te nuna’a. “La force du peuple se traduit par Ia mana te nuna’a””. 
 

Le Ia mana te nuna’a n’a pas rencontré le candidat de la France insoumise. Parmi les similitudes qu’il relève entre les deux formations : le voeu d’une “souveraineté alimentaire pour le fenua, par le développement d’une économie vivrière privilégiant les circuits courts et un secteur primaire fort.”

Ils partagent également la lutte pour un recours plus important aux énergies renouvelables, et le souhait d’un système politique qui place “l’Homme au centre des préoccupations et décisions publiques”. Le parti l’écrit en gras et le souligne : il rejoint “la proposition de Jean-Luc Mélenchon de rendre inéligible à vie toute personne condamnée pour corruption ainsi que le droit de révoquer un élu en cours de mandat à la demande d’une partie du corps électoral”. 

Ce soutien survient à quelques jours du premier tour de la présidentielle et alors que Jean-Luc Mélenchon grimpe dans les sondages : “Ca peut-être considéré comme un soutien sur le tard ,mais en fait, ça fait 40 ans que nous développons ces idées”, explique Jacqui Drollet.

Une autre composante de l’UPLD soutient Benoît Hamon. Qu’en pense le Ia mana te nuna’a? “On n’en a pas parlé, mais il ne nous est pas venu à l’esprit de soutenir monsieur Hamon parce-que ses propositions ne correspondent pas totalement à ce que nous souhaitions défendre à Ia mana te nuna’a. Pour monsieur Jean-Luc Mélenchon, nous nous sentons beaucoup plus proches de lui sur l’ensemble des points qu’il défend pour la France et pour la Polynésie”. Jacqui Drollet renchérit :  “Vu l’état de l’opinion vis à vis de monsieur Hamon et de monsieur Mélenchon, il serait tout à fait normal que monsieur Hamon s’arrête et laisse les électeurs choisir monsieur Mélenchon”. 

Pour les législatives, le Ia mana te nuna’a devrait en revanche se positionner dans une logique de formation politique. Il pense soutenir les candidats du Tavini : “Nous sommes toujours dans la logique de l’UPLD. Nous avons vu que l’un des membres de l’UPLD, à savoir le Tavini, a présenté des candidats. Si demain le groupe d’appui à Jean-Luc Mélenchon local présentait des candidats, nous nous réunirions et nous déciderions en notre âme et conscience. Mais boycotter les présidentielles et se présenter aux législatives me semble un choix un peu contradictoire”, achève le représentant UPLD à l’Assemblée… 
 

Laure Philiber 

Interview de Jacqui Drollet

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

La petite fourmi de feu : un désastre écologique

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Turama vous éclaire sur le démarchage à domicile

L’enquête Fetii Fenua vient de démarrer. Initiée par l’Institut de la Statistique, elle doit permettre de mieux connaître les mouvements de population en Polynésie et leurs besoins. Des enquêteurs viendront vous rendre visite. Comment les différencier des démarcheurs ? Nous répondons à cette question avec notre invité Raiarii Tama, chargé de communication de la Direction générale des Affaires Economiques (DGAE).

Tautira : un ahima’a géant pour 2600 convives

Plus de 2600 femmes protestantes se sont réunis samedi à Tautira pour donner leur analyse spirituelle de l’amour. Pour l’occasion, la paroisse de Tautira a préparé un four tahitien exceptionnel.