lundi 14 octobre 2019
A VOIR

|

Vidéos – Ice : deux prévenus témoignent en marge de leur procès

Publié le

Publié le 10/02/2019 à 17:01 - Mise à jour le 07/06/2019 à 16:36
Lecture 2 minutes

“Je reconnais ce que j’ai fait, et aujourd’hui, je n’en suis pas fier, parce qu’à l’heure d’aujourd’hui, j’ai tout perdu”. C’est l’aveu de Guy, l’un des principaux prévenus dans le second plus gros procès de trafic d’ice de l’année 2019. Les prévenus sont presque tous de condition modeste.

Certains étaient sans emploi, d’autres avaient du mal à payer leurs factures et nourrir leur foyer. Les 21 prévenus (le 22e a contesté l’ordonnance de renvoi et a donc été disjoint par la cour) jugés depuis ce lundi matin ont tous été séduits par l’argent facile.

“Comme je suis garagiste, j’ai vendu quelques bagnoles pour pouvoir partir chercher de l’ice. Et voilà où ça en est… Je ne me suis pas enrichi, mais j’ai fait du bien aux autres. J’ai aidé ceux qui en avaient besoin. Aujourd’hui, je n’ai plus que quelques shorts et chemises” confie l’un des commanditaires.

>>> Lire aussi : Trafic d’ice – 22 prévenus à la barre pour un procès de 4 jours

La majorité des prévenus a reconnu les faits. Une seule personne nie ce qui lui est reproché malgré les témoignages concordants de plusieurs autres prévenus. Tous regrettent de s’être livrés au trafic d’ice. “Je l’ai fait parce que je n’avais pas envie de vivre. Je ne l’ai  même pas consommé l’ice” explique Justine, l’une des mules.
 
Le procès a été programmé sur 4 jours et concerne plus d’1 kilo 600 grammes d’ice importé depuis les États-Unis. Les prévenus risquent jusqu’à 10 ans de prison.
 

Rédaction web avec Sam Teinaore et Esther Parau Cordette

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

La petite fourmi de feu : un désastre écologique

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Tautira : un ahima’a géant pour 2600 convives

Plus de 2600 femmes protestantes se sont réunis samedi à Tautira pour donner leur analyse spirituelle de l’amour. Pour l’occasion, la paroisse de Tautira a préparé un four tahitien exceptionnel.

Moloka’i Hoe : la préparation des juniors d’EDT Va’a

La grande course hawaiienne Moloka’i Hoe aura lieu ce dimanche. Sur le départ, on retrouvera l’équipe junior d’EDT Va’a, qui signe sa première participation.

Le pourquoi du black-out à Tahiti

Patrick Desfour, chef du service exploitation réseaux Tahiti chez EDT, était notre invité en plateau pour nous expliquer le pourquoi du black-out qui a touché Tahiti pendant 4 heures jeudi après-midi.

catégories populaires