lundi 14 octobre 2019
A VOIR

|

Une enseignante frappée par un élève à Taravao

Publié le

Publié le 13/12/2018 à 10:27 - Mise à jour le 07/06/2019 à 16:38
Lecture 2 minutes

L’élève était en “mesure conservatoire d’exclusion” depuis son geste. Selon les syndicats, la ministre de l’Education peut confirmer, alléger ou aggraver cette sanction.

Lundi 3 décembre, une professeur certifiée de Physique-chimie avait été blessée à la bouche. Elle avait obtenu un premier arrêt de travail, qui a été prolongé. “Elle a été touchée émotionnellement et psychologiquement, elle craint de reprendre le travail” a déclaré le secrétaire général du SE-UNSA, Temarama Varney. “On avait demandé l’exclusion définitive, on attendait beaucoup de ce conseil de discipline ; de toute façon, l’élève serait rescolarisé ailleurs. C’est une vraie agression” ajoute le syndicaliste.

Appuyée par son syndicat, l’enseignante a porté plainte.

“Quinze jours d’exclusion, c’est trop peu, ce n’est pas un incident de parcours. Ni les syndicats, ni les profs du lycée ne trouvent ça normal, c’est comme si ce n’était pas grave” a réagi le secrétaire général d’un autre syndicat de l’éducation, Maheanu’u Routhier.

“La violence reste marginale dans les établissements scolaires, un tel événement est d’autant plus choquant” a souligné Temarama Varney.

« Rien ne peut justifier qu’un élève agresse un professeur quelle que soit la raison. C’est pour cela que le chef d’établissement a réagi très vite en convoquant un conseil de discipline avec mesure conservatoire. L’élève n’est pas revenu dans l’établissement le temps de la procédure», explique de son côté Thierry Delmas, le directeur général de la DGEE.

Et celui-ci d’ajouter : « la décision finale -de l’exclusion de l’élève NDLR- sera prise par la ministre. Cela dépendra des procès-verbaux et des débats que nous allons instruire d’ici 10 jours ».

Par ailleurs, à l’initiative de Chantal Galenon, l’Assemblée va se pencher sur un projet de loi pour limiter les portables dans les établissements scolaires.
 

Mike Leyral

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

La petite fourmi de feu : un désastre écologique

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Tautira : un ahima’a géant pour 2600 convives

Plus de 2600 femmes protestantes se sont réunis samedi à Tautira pour donner leur analyse spirituelle de l’amour. Pour l’occasion, la paroisse de Tautira a préparé un four tahitien exceptionnel.

Moloka’i Hoe : la préparation des juniors d’EDT Va’a

La grande course hawaiienne Moloka’i Hoe aura lieu ce dimanche. Sur le départ, on retrouvera l’équipe junior d’EDT Va’a, qui signe sa première participation.

Le pourquoi du black-out à Tahiti

Patrick Desfour, chef du service exploitation réseaux Tahiti chez EDT, était notre invité en plateau pour nous expliquer le pourquoi du black-out qui a touché Tahiti pendant 4 heures jeudi après-midi.

catégories populaires