lundi 14 octobre 2019
A VOIR

|

Salon de l’Habitat : la victime a prétexté une MST pour faire fuir son agresseur

Publié le

Publié le 19/03/2017 à 15:06 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:21
Lecture 2 minutes

L’homme de 23 ans tenait un stand de panneaux solaires situé à proximité de celui de la mère de la victime. Une jeune femme qui lui a tapé dans l’œil, comme il l’a reconnu. Il a donc eu la mauvaise idée de la suivre lorsqu’elle s’est rendue dans les toilettes pour changer de vêtements.

L’individu s’est alors engouffré dans la cabine puis a fermé la porte à clé. Il a ensuite déshabillé le chemisier de la jeune femme et s’est livré à des attouchements. Enfin, il lui a réclamé une fellation.

Malgré les circonstances, la victime a su garder la tête froide. Et elle est parvenue à freiner les ardeurs du jeune homme en lui affirmant qu’elle était atteinte d’une maladie sexuellement transmissible.
“Je me disais que si je criais, ou me débattais, il allait me frapper. C’est pour ça que j’ai inventé cette histoire de MST“, a-t-elle déclaré à l’audience, des sanglots dans la voix.

Un subterfuge qui a fonctionné puisque son agresseur a finalement quitté les toilettes. Face au magistrat, le mis en cause a reconnu l’intégralité des faits. “J’ai flashé sur elle“, a-t-il dit avant de se tourner vers la jeune femme : “je te demande pardon pour tout le mal que je t’ai fait“.

Son avocate s’est appuyée sur le rapport de l’expert psychiatre pour insister sur le fait que son client n’était pas “un pervers” mais quelqu’un “d’immature” à la recherche “de l’image maternelle“. “Il n’y a pas de risque de récidive“, a-t-elle ajouté.

Si vous me laissez une dernière chance, je vous promets que vous n’allez plus me revoir“, a assuré, pour sa part, l’agresseur à l’issue de son procès.

Déjà connu de la justice, pour des vols, il a finalement écopé d’une peine de deux ans de prison, dont une année assortie du sursis, avant d’être écroué sur le champ à Nuutania. Il devra également verser 250 000  Fcfp de dommages et intérêts à sa victime pour le préjudice moral subi.
 

J-B. C.

 

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

La petite fourmi de feu : un désastre écologique

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Tautira : un ahima’a géant pour 2600 convives

Plus de 2600 femmes protestantes se sont réunis samedi à Tautira pour donner leur analyse spirituelle de l’amour. Pour l’occasion, la paroisse de Tautira a préparé un four tahitien exceptionnel.

Moloka’i Hoe : la préparation des juniors d’EDT Va’a

La grande course hawaiienne Moloka’i Hoe aura lieu ce dimanche. Sur le départ, on retrouvera l’équipe junior d’EDT Va’a, qui signe sa première participation.

Le pourquoi du black-out à Tahiti

Patrick Desfour, chef du service exploitation réseaux Tahiti chez EDT, était notre invité en plateau pour nous expliquer le pourquoi du black-out qui a touché Tahiti pendant 4 heures jeudi après-midi.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV