mardi 15 octobre 2019
A VOIR

|

Ordonnances royales: le magistrat mis en cause échappe à la sanction

Publié le

Publié le 04/09/2017 à 15:13 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:19
Lecture 2 minutes

Président du tribunal de première instance de Papeete dans les années 80 mais aussi, dans la foulée, conseiller ou membre de cabinets de plusieurs élus du fenua, Henri Renaud de la Faverie n’a pas fait le déplacement pour assister à son procès.

L’ex magistrat, aujourd’hui âgé de 73 ans, était accusé d’être en possession de 19 ordonnances originales de la cour de justice tahitienne signées du roi et de la reine Pomare.

Des documents historiques appartenant au Pays qui lui avait été offerts par l’une de ses connaissances, selon son avocat Me Piriou. “Mon client a indiqué que c’était un ami, décédé depuis, qui les lui avait donné. Il les avait rangé, oublié, puis retrouvé chez lui au bout de quelques années. N’y trouvant aucun intérêt, il les a vendu. Mon client d’ailleurs, ne savait pas d’où provenait ces documents. L’acquéreur de ces documents, un galeriste,  ne savait pas lui-même que c’était des archives, les documents ne portant aucun cachet d’archives”.  Pour l’avocat, “On est dans le fantasme le plus complet.”

Henri Renaud de la Faverie avait vendu les documents en 2007 chez un marchand de manuscrits à Paris pour un peu plus d’un million de francs. C’est là que les enquêteurs ont retrouvé leur trace.

L’avocat du sulfureux magistrat a soulevé la prescription des faits, estimant que son client ne pouvait être poursuivi pour un présumé recel remontant à dix années. Et le tribunal lui a donné raison. Une décision synonyme d’abandon des poursuites. Ce dont s’est félicité le conseil pour qui son client fait les frais de sa réputation. “C’est un procès d’intention, parce que Mr de la Faverie aurait une certaine réputation, il était donc nécessairement coupable.”

Le parquet dispose d’un délai de 10 jours pour faire appel du jugement. Quant aux 19 ordonnances royales, elles ont, aujourd’hui, retrouvé leur place dans les rayons du service des archives du Pays.
 

Rédaction Web avec JB Calvas 

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

La petite fourmi de feu : un désastre écologique

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Tautira : un ahima’a géant pour 2600 convives

Plus de 2600 femmes protestantes se sont réunis samedi à Tautira pour donner leur analyse spirituelle de l’amour. Pour l’occasion, la paroisse de Tautira a préparé un four tahitien exceptionnel.

Moloka’i Hoe : la préparation des juniors d’EDT Va’a

La grande course hawaiienne Moloka’i Hoe aura lieu ce dimanche. Sur le départ, on retrouvera l’équipe junior d’EDT Va’a, qui signe sa première participation.

Le pourquoi du black-out à Tahiti

Patrick Desfour, chef du service exploitation réseaux Tahiti chez EDT, était notre invité en plateau pour nous expliquer le pourquoi du black-out qui a touché Tahiti pendant 4 heures jeudi après-midi.

catégories populaires