dimanche 13 octobre 2019
A VOIR

|

Le procès du “tireur fou” de Paea renvoyé au 4 février

Publié le

Publié le 02/01/2019 à 14:38 - Mise à jour le 07/06/2019 à 16:36
Lecture 2 minutes

Âgé de 52 ans, cet éboueur de profession depuis plus de trente ans n’a jamais eu affaire avec la justice. Pourtant, le 15 décembre dernier, dans un accès de colère violente, il a commis pas moins de dix infractions.

Ce jour-là, devant le magasin LS Proxy de Paea, pour une raison qui reste mystérieuse, il s’en prend soudain à plusieurs passants. Menace avec une machette, donne des coups de bâton, et surtout, armé d’un fusil de chasse, tire un coup de feu en direction d’un homme. Plusieurs plombs l’atteignent dans le bras et dans la cuisse provoquant une interruption temporaire de travail de 45 jours. Il est aujourd’hui poursuivi pour violence volontaire avec arme et de multiples infractions : menaces de mort, possession de deux armes non déclarées (le fusil et une carabine retrouvée dans sa voiture), usage et possession de cannabis, conduite sans permis… Après une perquisition à son domicile, les gendarmes ont trouvé de nombreuses munitions et du paka.

Après les avoir niés, le prévenu a fini par reconnaître et regretter les faits lors de son audition. Une audition retardée car l’homme était tellement en colère que les forces de l’ordre ont dû le placer en hospitalisation contrainte.

À la barre, ce jeudi 3 janvier, la principale victime, blessée par le fusil, s’est exprimée de façon poignante : “Tous les soirs, je fais des cauchemars, j’entends ce bang en permanence. Dès qu’une porte claque, j’ai peur et je me baisse” a-t-elle déclaré, précisant qu’elle avait encaissé le coup de fusil en se mettant devant un enfant pour le protéger.

Malgré son casier judiciaire vierge et afin d’éviter de le protéger de “la vindicte populaire”, le tribunal a décidé de placer l’auteur des faits en détention en attendant son procès sur le fond qui se déroulera le 4 février prochain.

Bertrand Parent

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

La petite fourmi de feu : un désastre écologique

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Tautira : un ahima’a géant pour 2600 convives

Plus de 2600 femmes protestantes se sont réunis samedi à Tautira pour donner leur analyse spirituelle de l’amour. Pour l’occasion, la paroisse de Tautira a préparé un four tahitien exceptionnel.

Moloka’i Hoe : la préparation des juniors d’EDT Va’a

La grande course hawaiienne Moloka’i Hoe aura lieu ce dimanche. Sur le départ, on retrouvera l’équipe junior d’EDT Va’a, qui signe sa première participation.

Le pourquoi du black-out à Tahiti

Patrick Desfour, chef du service exploitation réseaux Tahiti chez EDT, était notre invité en plateau pour nous expliquer le pourquoi du black-out qui a touché Tahiti pendant 4 heures jeudi après-midi.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV