dimanche 13 octobre 2019
A VOIR

|

Huahine : huit mois avec sursis pour avoir jeté un rondin de bois sur les gendarmes

Publié le

Publié le 15/03/2017 à 15:39 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:21
Lecture 2 minutes

Trois militaires, gendarmes mobiles venus de métropole, intervenaient sur les quais de Fare après avoir été appelés pour une bagarre. En arrivant sur place, ils ont constaté qu’une vingtaine de personnes, imbibées d’alcool, s’y trouvaient et que deux individus avaient été blessés dans la rixe.

Alors qu’ils tentaient de former une “bulle” pour protéger l’auteur de la bagarre, lui aussi en sang, le prévenu avait jeté un rondin de bois de 40 centimètres de long qui a atteint le coude de l’un des militaires, le blessant légèrement.

Ceux-ci sont parvenus à l’identifier car quelques minutes plus tôt l’homme de 23 ans, qui était lui aussi ivre, avait été “très tactile”. “Il tâtait mon gilet pare-balles (…) Il a également essayé de saisir mon arme. Je l’ai repoussé violemment” a expliqué à la barre l’un des sous-officiers.

“C’est totalement inacceptable ce genre de comportement. Je demande une sanction sévère. On ne peut pas tolérer que des gendarmes, dans l’exercice de leurs fonctions, puissent  faire l’objet de violences”, a tonné la procureure avant de requérir une peine de 8 mois de prison ferme, avec mandat de dépôt immédiat à Nuutania.

Devant les magistrats, le mis en cause a expliqué qu’il ne se souvenait plus réellement du déroulé de la soirée.  

Son avocate entendait d’ailleurs plaider la relaxe au bénéfice du doute mais, a-t-elle indiqué, le prévenu ne l’a pas souhaité : “Il m’a dit : ‘je respecte les gendarmes. J’avais beaucoup bu et, peut être, que je l’ai fait’. Je vous demande donc de faire preuve de clémence”.

Compte tenu du casier judiciaire vierge de l’intéressé, le tribunal a finalement décidé de le laisser libre. Mais s’il n’effectuait pas ses 120 heures de TIG dans un délai de 18 mois, il serait alors incarcéré à la maison d’arrêt de Faa’a.
 

J-B. C.

 
 
 

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

La petite fourmi de feu : un désastre écologique

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Tautira : un ahima’a géant pour 2600 convives

Plus de 2600 femmes protestantes se sont réunis samedi à Tautira pour donner leur analyse spirituelle de l’amour. Pour l’occasion, la paroisse de Tautira a préparé un four tahitien exceptionnel.

Moloka’i Hoe : la préparation des juniors d’EDT Va’a

La grande course hawaiienne Moloka’i Hoe aura lieu ce dimanche. Sur le départ, on retrouvera l’équipe junior d’EDT Va’a, qui signe sa première participation.

Le pourquoi du black-out à Tahiti

Patrick Desfour, chef du service exploitation réseaux Tahiti chez EDT, était notre invité en plateau pour nous expliquer le pourquoi du black-out qui a touché Tahiti pendant 4 heures jeudi après-midi.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV