mardi 15 octobre 2019
A VOIR

|

Under The Pole III : Une capsule à Moorea pour observer les fonds marins

Publié le

Under The Pole III est de retour a Moorea avec la mission "Capsule". Un programme révolutionnaire de plongée à saturation qui permettra aux plongeurs de rester immerger plusieurs jours et plusieurs nuits.

Publié le 13/09/2019 à 9:40 - Mise à jour le 18/09/2019 à 15:14
Lecture 2 minutes

Under The Pole III est de retour a Moorea avec la mission "Capsule". Un programme révolutionnaire de plongée à saturation qui permettra aux plongeurs de rester immerger plusieurs jours et plusieurs nuits.

Initiée il y a trois ans maintenant à Concarneau en métropole, c’est à Moorea que la capsule va effectuer sa première mission en immersion. En effet, depuis début août, toute l’équipe de l’expédition d’Under The Pole s’est installée sur l’île sœur dans le cadre de la mission “Capsule”. La Capsule est un habitat sous-marin, imaginé par Ghislain Bardout et Emmanuelle Périé-Bardout (co-directeurs et co-fondateurs des expéditions), inspiré de l’univers de Jules Verne, et dans la lignée des projets des pionniers tels que Jacques-Yves Cousteau.

En permettant aux plongeurs des immersions de longues durées à des fins scientifiques, cette technologie innovante et légère est dédiée a la découverte scientifique des océans et de la vie marine, en collaboration avec le Criobe (Centre de Recherches Insulaires et Observatoire de l’Environnement).

La vision de Ghislain Bardout est de faire tomber les barrières techniques et physiologiques qui limitent aujourd’hui les temps d’immersions à quelques heures seulement. (Crédit photo : Under The Pole)

Dans l’océan, les immersions en scaphandres sont généralement des incursions courtes dans l’environnement marin limitant par là-même le temps dédié aux travaux scientifiques et aux observations du milieu. C’est cette barrière du temps, ce facteur limitant, qu’Under The Pole s’apprête à repousser dans les profondeurs du Pacifique avec un dispositif unique et fait-maison, conçu et réalisé par les ingénieurs de l’expédition au sein de leur base.

La capsule va permettre aux scientifiques et autres chercheurs d’effectuer des observations plus longues et des études plus précises. (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

La capsule fait 2 mètres de long et a un diamètre de 1,50 mètre, avec au fond, un sas d’accès et deux dômes en plexiglas à ses extrémités. Elle fonctionne comme un scaphandre avec un recycleur d’air et peut accueillir jusqu’à trois personnes.

Lors de l’installation de la mission Capsule. (Crédit photo : Under The Pole)

Under The Pole fera découvrir la mission Capsule à travers une série de web-documentaires. Le premier épisode est à découvrir ci-dessous :

L’expédition se donne deux mois pour observer, étudier et effectuer des prélèvements dans les fonds marins de Moorea, à raison de mission sous-marine de trois jours maximum. Pour autant, les scientifiques ne sont pas opposés à un allongement de la durée des plongées tant que toutes les conditions soient optimales.

Pour la première mise en service de la capsule, deux projets ont été retenus : celui de la captation du moment des pontes des coraux, et celui de l’étude des petits poissons à 30 mètres de profondeur et plus.

REPORTAGENaea Bennett

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

La petite fourmi de feu : un désastre écologique

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub