samedi 30 mai 2020
A VOIR

|

Madeleine, préparatrice en pharmacie et gendarme réserviste

Publié le

Ils étaient une quarantaine ce matin à la brigade de Faa’a à recevoir leurs galons de gendarmes réservistes. Des civils qui viennent en renfort des gendarmes d’active, lors de missions ponctuelles. Parmi eux, plusieurs femmes, dont Madeleine. Travaillant dans le domaine de la santé, cette trentenaire a décidé de consacrer une partie de son temps à servir ses concitoyens.

Publié le 11/12/2019 à 15:28 - Mise à jour le 12/12/2019 à 14:19
Lecture 2 minutes

Ils étaient une quarantaine ce matin à la brigade de Faa’a à recevoir leurs galons de gendarmes réservistes. Des civils qui viennent en renfort des gendarmes d’active, lors de missions ponctuelles. Parmi eux, plusieurs femmes, dont Madeleine. Travaillant dans le domaine de la santé, cette trentenaire a décidé de consacrer une partie de son temps à servir ses concitoyens.

De la tenue de préparatrice en pharmacie à l’uniforme de la gendarmerie, il n’y a parfois qu’un pas. Un pas que n’a pas hésité à franchir Madeleine Mai. Depuis deux ans, cette jeune femme de 31 ans s’est engagée comme réserviste dans la gendarmerie nationale, car elle se posait de nombreuses questions sur le métier et souhaitait également se rendre utile : « Je voulais être au service de la population. Et surtout, étant Polynésienne, le fait de pouvoir communiquer dans notre langue tahitienne, avec la population, permet d’avoir une communication plus simple. (…) Il faut être polyvalent en tant que réserviste. Tu fais de la police route, des interventions lors des bagarres, de la prévention, de la sécurité… ».

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Après avoir obtenu vendredi son diplôme de préparatrice en pharmacie, elle a reçu ce matin ses galons de gendarme réserviste aux côtés d’une quarantaine de ses pairs. Elle viendra donc renforcer les effectifs des militaires d’active lors de missions ponctuelles, en fonction de son agenda. Et si pour certains, la réserve est un premier pas avant de s’engager, Madeleine, elle, n’entend pas changer de voie : « Mon métier passe avant tout. La réserve aussi, c’est bien, mais je préfère rester dans le domaine pharmaceutique. J’adore mon métier ».

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Quant à son employeur, il ne trouve rien à redire à son engagement. « C’est une bonne nouvelle. On est très contents pour elle. On est une grande équipe donc on pourra s’organiser pour la libérer les temps voulus » explique Samuel Bride, co-gérant de pharmacie.

À la gendarmerie nationale, on se félicite de l’appui apporté par ces volontaires. Ils sont actuellement 152 en Polynésie. Et si en métropole, les attentats de ces dernières années ont fait grimper en flèche le nombre de candidatures, au fenua, ils ont toujours été nombreux à vouloir intégrer la réserve. « La Polynésie reste un territoire où l’autorité légitime est encore entourée du respect qui doit être le sien. Effectivement, il y a un terreau qui est particulièrement actif pour le recrutement de la réserve de la gendarmerie » déclare le lieutenant-colonel Ludovic Vestieu, chef d’état-major au commandement de la gendarmerie.

La réserve de la gendarmerie est ouverte à toute personne âgée de 17 à 40 ans et n’ayant, bien entendu, aucun antécédent judiciaire.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Opération anti-délinquance à Papeete : ice et paka retrouvés

Entre 6 heures 45 et 11 heures 30 ce jeudi, 25 agents de la DSP ont mené une opération de contrôle anti-délinquance au cœur de Papeete, entre Vaitavatava et Vaininiore.

Covid-19 : le secteur aérien mondial durement frappé par...

Suppressions d'emplois, faillites et plans de sauvetages... le secteur aérien est frappé de plein fouet par la pandémie de coronavirus, qui a cloué les avions au sol.

Echos de plan social à l’Intercontinental Moorea

Les oreilles des syndicats sifflent depuis quelques jours. Invités par la direction de l'Intercontinental Moorea à un comité d'entreprise mercredi après-midi, ils...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV