vendredi 10 avril 2020
A VOIR

|

Ady, la plus jeune femme à la tête du Matavaa

Publié le

Si le festival des arts des îles Marquises vient de s’achever, il est toujours enrichissant d’échanger avec Ady Candelot-Bruneau, plus jeune présidente du comité organisateur du Matavaa depuis ses origines en 1987. Ady est également agricultrice et danseuse au sein de la délégation de son île natale de Ua Pou.

Publié le 26/12/2019 à 10:02 - Mise à jour le 27/12/2019 à 8:53
Lecture 3 minutes

Si le festival des arts des îles Marquises vient de s’achever, il est toujours enrichissant d’échanger avec Ady Candelot-Bruneau, plus jeune présidente du comité organisateur du Matavaa depuis ses origines en 1987. Ady est également agricultrice et danseuse au sein de la délégation de son île natale de Ua Pou.

La date du 12 janvier 2018 aura marqué sa vie : ce jour-là, le maire de Ua Pou convoque l’ensemble des acteurs impliqués dans la culture pour élire le bureau du COMOTHE (Comité Organisateur du Matavaa O Te Henua Enana). Au total, 150 personnes sont réunies dans la salle du conseil. « Moi, j’étais sous mon arbre à vendre mes légumes. Je souhaitais intégrer le bureau, mais pas forcément être à sa tête » confie Ady Candelot-Bruneau. C’est finalement Heato Teikiehuupoko, candidat au bureau, qui la pousse à se présenter.

Ady devient présidente, Heato son adjoint. « J’avais déjà un peu d’expérience puisque auparavant, je donnais un coup de main au comité du tourisme, notamment dans le montage de dossiers« . Mais jusque-là, la jeune femme n’avait participé au Matavaa qu’en tant que danseuse.

(Crédit photo : Comité organisateur du Matavaa o te Henua enana)
(Crédit photo : Comité organisateur du Matavaa o te Henua enana)

C’est d’ailleurs en 1999 qu’elle participe à son premier Matavaa avec ses parents. Elle n’a alors qu’une dizaine d’années : « Ma mère faisait partie de l’association Tuoi et mon père était secrétaire de Motu Haka. Dans mon enfance, j’ai baigné dans cette ambiance. Je les ai toujours accompagnés ». Même pendant ses études à Tahiti, Ady reste informée. « Créer, ce n’est pas ma partie, je n’ai pas ça dans le sang comme les leaders de la délégation, Ahitiri, Maeva, Matapua ou Totio. Moi, j’ai plutôt un regard d’organisatrice sur la logistique, la technique. »

Des postes à responsabilité, Ady en a occupés : employée dans une banque à Hakahau puis dans l’immobilier à Tahiti, c’est en 2016 qu’elle revient s’installer sur son île natale de Ua Pou. « Je suis revenue dans l’optique de contribuer avec ma bonne volonté, avec l’envie de faire progresser les choses. » À l’époque, il n’y a plus aucun maraîcher sur l’île, les habitants et les établissements scolaires sont obligés de se fournir à Nuku Hiva. Ady et son mari font ainsi revivre le maraîchage à Ua Pou.

« Le fait que le Matavaa revienne à Ua Pou, c’était tout un symbole, c’est un retour aux origines, en référence à la première édition de 1987. »

À la question de savoir quel est son bilan à propos de ce Matavaa, elle répond : « Je n’en ai pas encore, j’ai été tellement accaparée que j’ai à peine profité et que je réalise à peine que c’est fini. Je prends les retours des uns et des autres tel que ça vient : ‘magique’, ‘inoubliable’, ‘merveilleux’, et ça fait plaisir à entendre ! Mais je peux déjà dire que ce qui m’a marquée lors de ce Matavaa, c’est de voir l’aide précieuse que les artisans ont apporté aux danseurs pour la confection des costumes. »

(Crédit photo : Comité organisateur du Matavaa o te Henua enana)

Quand on lui demande si elle restera engagée dans le domaine de la culture : « Bien sûr que je participerai au Matavaa de 2021 à Fatu Iva, peut-être en tant que danseuse, peut-être en tant que choriste, j’aimerais essayer quelque chose de différent. »

À quelques jours de la cérémonie de clôture du Matavaa 2019, pour Ady, il est surtout question de repos et de fêtes en famille. Tandis que la reprise du fa’a’apu sur le terrain familial sur les hauteurs de Hakahau se fera début janvier 2020.

REPORTAGEVaea D.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV