TNTV
Vidéo – Que deviennent nos déchets ?

Le 11/10/2018 à 13:16

DOSSIER DE LA REDACTION - On n’en vient plus à se demander qui sort la poubelle à la maison, mais plutôt que deviennent nos déchets ? Certains restent à Tahiti, d’autres sont envoyés en France ou en Nouvelle-Zélande pour être recyclés. Et si on en produit en moyenne un kilo par jour, faire baisser ce chiffre dépend principalement de nous.

Vidéo – Que deviennent nos déchets ?
Le reportage de Tamara Sentis et Brandy Tevero.

C’est à Paihoro, dans cette vallée de la Presqu’île, qu’atterrissent pêle-mêle toutes les poubelles du bac gris de Tahiti et Moorea, sauf celles de Faa’a. Ici, 50 000 tonnes d’ordures sont déversées chaque année. À première vue, on dirait une décharge, mais c’est un peu plus compliqué que ça...

Au Centre d’enfouissement technique (CET), tout est mis en œuvre pour limiter la pollution. Les déchets ne sont pas versés à même le sol, ils sont placés dans ce qu’on appelle des casiers. Des trous, tapissés d’une géomembrane noire étanche, qui permettent d’éviter que le jus des déchets ne se répande dans les nappes phréatiques. Ce jus hautement toxique que l’on appelle le lixiviat est traité. Les substances toxiques sont solidifiées et retournent dans le casier sous forme de boue. La partie liquide, elle, est filtrée, pour être ensuite rejetée dans la nature. Quant aux gaz toxiques que produisent les déchets, ils sont traités à l’aide d’une "torchère qui permet de brûler ce gaz qui a un fort pouvoir malheureusement de gaz à effet de serre", explique Benoît Layrle, directeur du syndicat Fenua ma. "Le fait de le brûler, on diminue de près de 90 % l’impact sur l’environnement parce que ce qui sort de la cheminée est du gaz avec beaucoup moins d’impact sur le dérèglement climatique."

> Le tri, une solution pour réduire le bac gris
Vidéo – Que deviennent nos déchets ?
Seulement voilà, depuis son ouverture en l’an 2000, le CET a déjà accumulé 1 million de tonnes de déchets. Avec 50 000 tonnes de plus chaque année, Paihoro sera plein avant 2030. Il faudra alors détruire une autre vallée pour y entasser nos déchets, à moins bien sûr de diminuer le contenu du bac gris. Et pour cela, rien de plus simple, il faut trier. Car en réalité, les ordures ménagères représentent 38 % seulement de ce que nous jetons dans le bac gris. Le reste se compose à 30 % de branchages et autres déchets verts biodégradables. À 17 % d’épluchures compostables et à 15 % de déchets recyclables. Ceux-là, vous pouvez les jeter dans la poubelle verte, et leur offrir une seconde vie.

> La difficile tâche du CRT
Le centre de recyclage et de transfert de Motu Uta.
Le centre de recyclage et de transfert de Motu Uta.
C’est au Centre de recyclage et de transfert de Motu Uta, le CRT, qu’atterrissent les déchets recyclables. Les 15 trieurs du site vont les répartir par famille pour les exporter vers la Nouvelle-Zélande. Avec 15 flacons de lessive on fabriquera une chaise de jardin, et avec 12 000 cannettes, un poti marara en aluminium.
Au bout de la chaîne, on retrouve les déchets non recyclables jetés dans la poubelle verte par erreur. Beaucoup de sacs en plastique et de briques alimentaires, mais aussi des objets qui représentent un réel danger pour les travailleurs. "Les gens ne font pas attention, ils jettent n’importe quoi, déplore Alexis Tehahe, trieur depuis 9 ans. Il y a même des cadavres de chien qui arrivent sur le tapis. Mais le plus dangereux, ce sont les seringues, parce qu’une fois qu’on s’est piqué, je ne sais pas comment on fait…" Les trieurs retrouvent aussi presque chaque jour des fusées de détresse périmées qui causent en moyenne un départ de feu tous les deux jours !

> Et les autres déchets ?
Quant aux déchets toxiques, les piles sont envoyées en France pour être recyclées. Les batteries, elles, iront en Nouvelle-Zélande, où elles seront recyclées à 95 %. C’est le cas aussi des ampoules et des néons, des huiles de moteur, des carcasses de voiture et des appareils électroniques. Pour chacun, il existe une filière dédiée et des points de collecte un peu partout à Tahiti. 
Tous ces déchets recyclables s’en iront vivre leur seconde vie loin de la Polynésie. Il faudra donc beaucoup d’argent et d’émission de carbone pour les revaloriser. Exception faite de deux types de déchets. Les déchets verts : une grande partie des 40 000 tonnes produites chaque année à Tahiti est récupérée puis transformée en compost par la société Technival. Et puis le verre : si vous le jetez dans un point de collecte, il servira comme sous couche dans la construction des bâtiments et il évitera donc de nouvelles extractions dans nos rivières.
Rédaction Web avec Tamara Sentis et Brandy Tevero


Commentaires (0)



Inscription à la newsletter