TNTV
Séismes en Nouvelle-Calédonie : des évacuations mais pas de dégâts

Le 05/12/2018 à 09:14

PACIFIQUE - ​Un puissant séisme de magnitude 7,5 suivi de multiples répliques, a frappé le large de l'archipel français de Nouvelle-Calédonie mercredi, provoquant une alerte au tsunami et des évacuations sur une partie du littoral mais sans faire de dégâts ni de victimes.

L'alerte a été levée à 18H30 (heure locale) et aucun dégât, ni victime n'a été recensé, a indiqué la sécurité civile.
Les autorités du Vanuatu voisin ont pour leur part souligné n'avoir aucune information sur d'éventuels dégâts, malgré le fait que le tremblement de terre initial ait été mesuré à une profondeur de 10 kilomètres seulement. 
L'épicentre de la secousse, à laquelle ont succédé au moins 10 fortes répliques, était situé à environ 170 kilomètres au sud-est des Iles Loyauté, à l'est de la Nouvelle-Calédonie. 

>>> Lire aussi :  Nouvelle-Calédonie : la population appelée à se mettre à l'abri après un puissant séisme

Le Centre d'alerte au tsunami dans le Pacifique (PTWC) avait mis en garde contre des vagues pouvant aller jusqu'à trois mètres.
Éric Backès, le directeur de la sécurité civile du territoire français, a déclaré que des vagues mesurant entre 1,50 et 2 mètres avaient été observées sur l'Ile des Pins et à Maré, dans les îles Loyauté, ainsi que des "mouvements anormaux de la mer".

L'alerte au tsunami a concerné le littoral de la côte est de l'archipel, l'Ile des Pins et les îles Loyauté. Leurs populations, pour la plupart averties par des sirènes, avaient été évacuées vers des zones éloignées du bord de mer ou dans des lieux situés en hauteur de relief.

 


> Rien de grave
Au Vanuatu voisin, certains habitants se sont réfugiés sur les hauteurs alors que des vagues de 72 centimètres de haut ont été enregistrées sur l'île de Tanna. Des habitants de cette île ont raconté que des bâtiments avaient tremblé et que la mer s'était transformée en mousse en certains endroits sous l'effet du premier séisme.
Un porte-parole de l'observatoire des risques naturels a déclaré cependant à l'AFP qu'aucune évacuation n'avait été ordonnée.
"Il n'y a pas de sirènes sur Tanna mais les gens ont l'habitude de ce genre de situation. Ils ont dû prendre des précautions et se réfugier sur les hauteurs".

Les répliques successives sont allées jusqu'à une magnitude 6,6, a précisé l'Institut d'études géologiques des États-Unis (USGC).

Avec AFP


Commentaires (0)



Inscription à la newsletter