TNTV
Le Vanuatu veut interdire les couches jetables

Le 15/03/2019 à 12:01

PACIFIQUE - Le Vanuatu a déjà interdit les sacs en plastique, les pailles, et certains récipients. Mais le pays souhaite aller encore plus loin. Une nouvelle vague d'interdictions pourrait entrer en vigueur en fin d'année. Les couches jetables seraient concernées.

L'interdiction des sacs en plastique et sacs oxodégradables devrait intervenir au second semestre de cette année en Polynésie. Ailleurs dans le Pacifique, le Vanuatu a déjà sauté le pas. Le pays a interdit en juillet 2018 les sacs en plastique à usage unique, les pailles et les récipients pour aliments en polystyrène. Une mesure prise dans le but de limiter le flux de déchets provenant des côtes du pays et menant à l'océan, explique le Huffington Post. 

>>> Lire aussi : Vers une interdiction des sacs plastiques en 2019

Mais le Vanuatu ne compte pas s'arrêter là. Le ministre des Affaires étrangères du pays, Ralph Regenvanu, a annoncé le 17 février que le gouvernement élargirait l’interdiction actuelle pour inclure une multitude de produits à usage unique, dont les couches jetables. Cette prochaine vague d'interdictions pourrait entrer en vigueur en décembre. 

La consommation de couches jetables de la naissance à la propreté pour un enfant est d'environ 6 500 couches selon Fenua Ma. Ce qui nécessite en moyenne l’abattage de 4 arbres et l’utilisation de 25kg de plastique (obtenu grâce à 67 kg de pétrole brut). Ces couches, jetées aux ordures ménagères, non valorisables, mettront jusqu’à 500 ans pour se décomposer. 

>>> Lire aussi : Couches pour bébés : alerte sur des "risques", les fabricants sommés d'agir

Outre l'impact considérable sur l'environnement de l'utilisation de couches jetables, il existe également un risque pour la santé. L'annonce du ministre du Vanuatu fait beaucoup parler dans le monde et notamment en France. Un avis de l'Agence de sécurité sanitaire Anses publié en janvier  "ne met pas en évidence de danger grave et immédiat", mais révèle des composants à risque dans les couches jetables. Le gouvernement français a demandé aux fabricants de prendre des engagements pour éliminer ces substances. En attendant, les couches lavables connaissent un engouement nouveau. 

Manon Della-Maggiora





 


Commentaires (0)



Inscription à la newsletter