TNTV
Affaire de la maison de Erima : Gaston Flosse fait appel de sa condamnation

Le 21/03/2019 à 17:15

JUSTICE - Le bras de fer entre l’ancien président Gaston Flosse et son ex-femme, au sujet de l’occupation de leur demeure de Erima à Arue, se poursuit. Le président du Tahoera’a a fait appel de sa condamnation pour violation de domicile. Son avocat a demandé la relaxe lors de l’audience qui s’est déroulée ce mercredi matin.

Condamné en août dernier en première instance à six mois de prison avec sursis ainsi qu’ à verser un million de Fcfp de dommages et intérêts à son ex-femme, Tonita Mao, Gaston Flosse a souhaité faire appel de cette condamnation.

Une peine due au fait que l’ex-président avait refusé de se soumettre à une ordonnance judiciaire l’obligeant à quitter la demeure familiale des hauteurs de Arue. Flosse était donc resté sur place, une situation insupportable pour son ex-épouse, selon l’avocate de celle-ci. "Ça se passait très mal parce que le personnel n'avait aucun respect pour madame Tonita Mao et pour ses enfants. Donc il y a eu plusieurs signalements. Madame Mao et ses enfants sont allés régulièrement chez le psychologue. La plus jeune est allée chez le cardiologue. Donc ça a été un enfer" explique maître Marie Eftimie-Spitz.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
Mais pour la partie adverse, la version est toute autre : "Il me semble, quant à moi, que madame Mao a tout fait, -et continue d'ailleurs- pour frustrer le droit de propriété d'un tiers, c'est-à-dire Reginald Flosse, fils de Gaston Flosse. Et que par voie de conséquence, l'enfer ou le calvaire est plutôt celui de Gaston Flosse qui se voit privé de son propre domicile" déclare maître François Quinquis.

Car pour maître Quinquis, le seul propriétaire actuellement de la maison familiale est le fils de Gaston Flosse, Reginald, à la tête de la SCI à laquelle appartient la demeure. Et c’est pour cette raison notamment qu’il a demandé la relaxe de son client qui, depuis, a posé ses valises ailleurs. Mais la question de la propriété de la maison de Erima fait toujours l’objet d’une procédure parallèle devant le tribunal civil.

Sur le fond, l’avocat général a requis la confirmation de la peine prononcée contre Gaston Flosse estimant que l’infraction était "parfaitement constituée". La cour d’appel rendra sa décision le 2 mai.
 
Jean-Baptiste Calvas et Sam Teinaore


Commentaires (0)



Inscription à la newsletter