SOCIÉTÉ

Vidéos - Sinistrés : vols de dons et autres "dérives"


Mercredi 1 Février 2017 à 15:48 | Lu 11478 fois

SOLIDARITÉ - Suite aux intempéries du 22 janvier, la mobilisation a été importante. Les dons ont afflué dans les mairies, associations, paroisses... Mais certaines personnes qui n'étaient pas sinistrées, en ont parfois profité.


Crédit : Tahiti Nui Télévision
Crédit : Tahiti Nui Télévision
Le message d'une internaute, posté mardi, a enflammé la toile. Elle explique avoir surpris des employés d'une mairie mettre des dons de côté. "Elles ont mis de côté le grand sac de cet homme (riche apparemment) pour le garder pour elles. Elles savaient que dedans, il devait sûrement y avoir des linges de grandes marques ! Je les ai vu ramasser du linge et mettre dans leur sac", a écrit, indignée, cette internaute. 

La mairie de Pirae a rapidement réagi sur Facebook puis au micro de nos journalistes en dénonçant ces agissements contraires aux "instructions laissées par le maire""Le mot d'ordre de notre maire Édouard Fritch c'était d'accueillir la population sinistrée et de répondre à ses besoins. Les besoins c'était en vêtement. Dès le début c'était des vêtements. Ensuite, quelques dons alimentaires sont arrivés (...) On remercie tous ceux qui ont participé (...) La solidarité a marché à 100%", se réjouit Yvette Litchtle, 8e adjointe au maire, qui reconnaît qu'il y a pu avoir des dérives.


Yvette Litchtle, 8e adjointe au maire de Pirae

"On n'aime pas entendre des choses comme ça. C'est sûr que ça a dû peut-être dériver quelque part. Mais dès qu'on sentait qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas, on était là. Je n'étais pas là à plein temps, mais des personnes venaient m'interpeller parfois. Et j'arrivais pour dire : les sinistrés". 

"Il y a eu des journées où il y a eu beaucoup de monde il faut le reconnaître", admet l'adjointe. Difficile de tout voir dans ces conditions. Mais Yvette Lichtle encourage les gens à remonter les "dérives" : "Si les gens ont vu quelque chose il faut nous le signaler"
Elle rappelle que ces comportements ne concernent pas seulement les bénévoles. "On a surpris des gens qui n'étaient pas sinistrés. Gentiment on leur a dit que ce n'était pas pour eux."

Jean-Eudes Filiatre, chef du service solidarité à la mairie de Punaauia

Du côté de la mairie de Punaauia, le chef du service solidarité, Jean-Eudes Filiatre assure qu'on "a surveillé les personnes. Ceux qu'on a acceptés comme bénévoles viennent vraiment donner un coup de main. Les gens qui venaient dans un intérêt, pour récupérer du vêtement, pour prendre de leur côté, on les a remerciés gentiment." 

Maeva Drach, responsable de la délégation locale de la Croix rouge

​À la Croix rouge, on note un afflux de dons exceptionnel pour les sinistrés des dernières intempéries. La réception se fait par des bénévoles sélectionnés. "On a une petite discussion avec eux pour leur expliquer à quoi correspond la Croix rouge en Polynésie et ce que l'on souhaite faire principalement pour cette action avec les sinistrés", explique Maeva Drach, responsable de la délégation locale de la Croix rouge. 
Pour elle, les rumeurs de vols dans les associations sont courantes. "Si ça a été le cas (à la Croix rouge), je vous garantis qu'ils (ces bénévoles, NDLR) ne sont plus là", lance-t-elle. 


Rédaction web (interviews : Mata Ihorai / Brandy Tevero)







Dans la même rubrique :
< >

Lundi 11 Décembre 2017 - 18:01 Sept cas confirmés de salmonellose

SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017