POLITIQUE

Vidéos - Passe d’armes entre René Bidal et Oscar Temaru à l’ouverture de la foire agricole


Jeudi 27 Septembre 2018 à 16:05

FOIRE AGRICOLE - Le haut-commissaire René Bidal et le maire de Faa’a Oscar Temaru se sont livrés à une petite joute verbale lors de la cérémonie d’ouverture de la foire agricole. Le leader indépendantiste avait critiqué la Marseillaise et les paroles appelant au combat. Des mots qui n’ont pas du tout plu au représentant de l’Etat qui a également profité de son temps de discours pour recadrer le maire de Faa’a.


Comme le veut le protocole, le maire de Faa’a, commune qui accueille la foire agricole, était le premier à prononcer son discours devant les nombreuses personnalités invitées à la cérémonie d’ouverture. Juste avant son intervention une prière a été dite, puis les hymnes polynésiens et français ont été joués. Le maire de Faa’a également président du parti indépendantiste Tavini Huiraatira a démarré son allocution en déclarant en tahitien qu’il apprécie l’hymne polynésien mais beaucoup moins "celui qui a suivi".
Il reprend alors les paroles : "aux armes citoyens" et, toujours en tahitien, demande avec une pointe d’humour à l’auditoire si un conflit était en préparation. Il se met alors à chanter accompagné de son premier adjoint au ukulele, Robert Maker, une chanson paumotu (langue parlée dans l’archipel des Tuamotu NDLR) réécrite par les militants indépendantistes. Les nouvelles paroles critiquent l’argent qui détourne le peuple polynésien de ses valeurs fondamentales, telles que la famille, la terre ou encore la culture. Une chanson reprise par une partie de l’auditoire.

> L’Etat participe à hauteur de 20% au budget de la commune de Faa’a

Après le maire de Faa’a, ce sont la présidente de la chambre d’agriculture puis le président de la Polynésie qui se sont exprimés. Vient alors le tour du Haut-commissaire de la Polynésie, René Bidal.
Dès ses premiers mots, le représentant de l’Etat rappelle que "la Marseillaise n’est pas un slogan politique". Il développe alors en rappelant que l’hymne français ne peut-être dénigré "ni dans un stade de foot, ni ici en Polynésie française". En estocade René Bidal rappelle que l’Etat français "participe à hauteur de 20% au budget de la commune de Faa’a".

Oscar Temaru assis à quelques mètres du pupitre se met alors à crier au Haut-commissaire que "l’argent peut se fabriquer, mais pas un pays". Une allusion au combat politique d’Oscar Temaru de rendre la Polynésie indépendante. La joute verbale se termine alors lorsque René Bidal rappelle à Oscar Temaru qu’il ne l’a pas interrompu et qu’il devait maintenant respecter son temps de parole.


> 7 milliards pour le développement du secteur agricole polynésien

Durant son allocution, le haut-commissaire a évoqué la convention d’aide financière de l’Etat vis-à-vis de la Polynésie française. 7 milliards seront ainsi injectés dans le secteur agricole polynésien. Le document a été paraphé dans la foulée par le président de la Polynésie, Edouard Fritch et le Haut-commissaire.

À l’issue, le Haut-commissaire a tendu la main à Oscar Temaru qui lui a également tendu la sienne. Une poignée de main de gentlemen suivie d’une tape virile du haut-commissaire dans le dos du maire de Faa’a. Comme pour signifier que l’incident était clos.


Sam Teinaore






SOCIÉTÉ | Miss France 2019 | FAITS DIVERS | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Européennes 2019 | Pharmacies et Médecins de Garde | FenuaHeroes