FAITS DIVERS

Vidéos - Mort à Tahaa : les enfants de la victime séparés de la famille, la grand-mère témoigne


Vendredi 10 Août 2018 à 10:39

TÉMOIGNAGE - Ses petits-enfants lui avaient été confiés au moment de l'incarcération de leur mère, mais les services sociaux les lui ont enlevés. Rien n'est reproché à cette grand-mère


Isabelle Caillot


Le 1er janvier dernier, un homme a été retrouvé pendu à Tahaa. Les premiers éléments de l’enquête accréditaient la thèse du suicide, mais après des révélations faites par les enfants de la victime, il s’agirait en fait d’un meurtre déguisé.

L'auteur serait la mère des enfants. La femme ne conteste pas les faits qui lui ont été reprochés. En juillet, elle a été placée en détention provisoire à Nuutania.

> Les enfants confiés à leur grand-mère

Mais avant cela, elle a confié ses enfants à la mère de son défunt compagnon. Mercredi, le juge des enfants a décidé de retirer la garde des enfants à leur grand-mère, Isabelle Caillot. Désemparée, elle a décidé de faire connaître son histoire : "Ça fait 8 mois que je m'occupe de mes petits-enfants, que j'essaie de faire le mieux pour eux. (...) La juge me dit qu'elle n'a rien a me reprocher, que c'est juste à cause de l'instruction, parce que pour elle, il n'y a pas de neutralité."

La grand-mère a donc trouvé une famille qui acceptait de prendre les enfants parce qu'ils avaient été touchés par l'histoire de la famille. "Mais l'assistante sociale qui s'occupe du dossier d'assistance éducative, a volontairement menti sur cette famille en disant qu'ils se sont désistés parce que son but c'est de les mettre (les enfants, NDLR) dans un foyer complètement inhumain. mes petits-enfants maintenant sont loin de nous, loin de tout." 

> Retirés "en urgence" par les services sociaux

Isabelle Caillot reproche également aux services sociaux de lui avoir retiré les enfants en "urgence", sans raison. "Ils ne nous ont même pas laissé le temps de les préparer. Le service social les a pris en mesure d'urgence comme si on était... quoi ? Des criminels ? Les petits pleuraient. Ils leur mentaient en leur disant qu'ils allaient retrouver leur grand-mère, ce qui n'est pas le cas."
Tout contact entre les petits-enfants et la famille a été coupé.

Me Smaïn Bennouar, l'avocat d'Isabelle Caillot, va faire appel de la décision du juge des enfants. Il y aurait eu selon lui des erreurs dans les procédures. Mais la plus grave pour lui, a été de séparer des enfants de la seule famille qu'il leur reste. "On ne peut pas les préserver. C'est quelque chose qui les suivra tout le temps. On ne peut pas dire qu'aujourd'hui des enfants de 4 et 6 ans vont faire un deuil et au bout de quelques jours, quelques mois, quelques semaines n'y penseront plus. Ça fait partie de leur vie, ils le vivront encore pendant longtemps et je crois que cette décision ne participe pas à un apaisement ou en tout cas à un épanouissement des enfants." 
 
Rédaction web avec Sam Teinaore








Dans la même rubrique :
< >

Mardi 19 Mars 2019 - 17:03 Lucien Pesquié est décédé

SOCIÉTÉ | Miss France 2019 | Hura tapairu 2018 | FAITS DIVERS | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | HEIVA 2018 | Hawaiki Nui | Beach soccer | Tahiti Pro Teahupoo | Digital Festival Tahiti | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018