SOCIÉTÉ

Vidéos - Commission sur le nucléaire : les associations attendent des "résultats concrets"


Mercredi 3 Octobre 2018 à 17:23 | Lu 333 fois

NUCLÉAIRE - La commission Erom s’est entretenue, mercredi matin, avec les trois associations de défense des victimes des essais nucléaires : 193, Moruroa e Tatou et Tamari’i Moruroa. Objectif : améliorer le système d’indemnisation.


L'association 193 est venue avec une délégation d'une trentaine de sympathisants.
L'association 193 est venue avec une délégation d'une trentaine de sympathisants.
Après une semaine en Polynésie, la commission sur le nucléaire prévue par l’article 113 de la loi Erom (égalité réelle outre-mer) s’est entretenue, mercredi matin, la veille de son retour vers la métropole, avec les trois associations de défense des victimes des essais nucléaires : 193, Moruroa e Tatou et Tamari’i Moruroa.

Dans l’objectif d’améliorer le système d’indemnisation des victimes polynésiennes, chacun a fait part de ses doléances, à commencer par l’association 193, venue avec le soutien d’une trentaine de sympathisants. Au bout de deux heures de discussions, le père Auguste Uebe-Carlson aura pu recevoir les explications de la commission et faire ses propositions, à commencer par l’application de la loi Morin. "Elle n’est pas appliquée, confie le 1er vice-président de l’association. On est partis sur des données assez objectives de dossiers de personnes où le Civen considère que c’est défavorable alors que ces personnes remplissent les conditions que la loi prévoit. Donc on demande à ce que la loi soit appliquée. La deuxième chose qu’on a demandé, c’est de compléter la liste des maladies. Enfin, le troisième point concerne la date buttoir du 31 décembre 1998 ; on demande à ce que cette date soit supprimée. Que fait-on avec nos enfants actuellement qui naissent et qui développent ces maladies-là ? On ne fait rien du tout parce que la loi ne le permet pas."

Pour l’association Moruroa e Tatou, qui se bat depuis plus de 30 ans pour la cause, il a été question des modalités d’indemnisation, des cancers des femmes et des maladies transgénérationnelles, ainsi que de la composition de la commission : "Nous avons été là pour dire ce que l’on pensait et pour exprimer notre colère avec fermeté, a expliqué Roland Oldham, le président de l’association. On espère que ce n’est pas une réunion stérile. On attend des résultats concrets. Nous ne sommes pas pris par les promesses…"
 

Interview de Roland Oldham, président de l'association Moruroa e Tatou.

Seule Tamari’i Moruroa est ressortie plutôt confiante, comme l’explique son président, Yannick Lowgreen : "Cette réunion a été très productive. Les points forts pour nous ont été au niveau du guichet unique, de la reconnaissance, de la méthodologie de travail du Civen et par rapport au remboursement des frais engendrés par la CPS."

 

Interview de Yannick Lowgreen, président de l'association Tamari'i Moruroa.

Teariki Brander, 1er vice-président du bureau exécutif de l’association 193, et Frère Maxime Chan, président du bureau exécutif de cette même association, seront nos invités en plateau ce mercredi soir. 
 
Rédaction Web avec Jeanne Tinorua-Tehuritaua







Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | CULTURE | HEIVA 2018 | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Digital Festival Tahiti | Hawaiki Nui | Tahiti Pro Teahupoo | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018