SOCIÉTÉ

Vidéo - Un infirmier sur deux exerce illégalement en Polynésie


Mardi 4 Septembre 2018 à 16:56 | Lu 6570 fois

SANTE - La loi prévoit l’obligation, pour chaque membre de la profession, d’adhérer à l’ordre des infirmiers… Ils sont à peine 500 sur plus de 1200 professionnels à s’en être acquitté. Ce mardi, avaient lieu les élections du nouveau bureau du Conseil de l’ordre. Ses membres espèrent pérenniser cette institution, bien souvent méconnue du grand public.


Avec plus de 1200 praticiens, les infirmiers sont la profession ordinale la plus importante de Polynésie. Ils renouvellent ce mardi leur conseil de l’ordre. Sa mission : accompagner ses adhérents, réguler la profession, garantir la morale et l’éthique et faire en sorte que tous les patients soient correctement pris en charge.

Depuis 2009, une loi de Pays rend l’adhésion à l’ordre obligatoire. Mais seuls 533 infirmiers sur 1200 s’y soumettent. "Ils exercent de manière illicite. Comme un bon nombre de professionnels ont commencé à travailler bien avant la mise en place du Conseil, beaucoup n'ont pas compris, peut-être, d'emblée, l'intérêt de s'inscrire à l'Ordre et de faire partie de cet ordre. Ceux qui ont fait leurs études récemment s'inscrivent dès qu'ils sortent de l'école d'infirmiers", explique Claude Colliot Fanaura, présidente du conseil de l’ordre des infirmiers.

Infirmiers du privé du public, et libéraux, ne sont pas tous logés à la même enseigne. Contraints par la CPS, les libéraux doivent nécessairement adhérer à l’ordre pour que leurs prestations soient rémunérées. Ce qui n’est pas le cas des deux autres composantes. Les premiers se sentant quelque peu lésés. La cotisation est de 5000 Fcfp par an. "Il faudrait avoir l'aide des employeurs peut-être un peu plus que ce qu'on a eu jusqu'ici pour effectivement faire en sorte que tous les infirmiers du privé et du public soient inscrits régulièrement."

Les élections du Conseil ont lieu tous les deux ans. Et les candidats ne se bousculent pas. "Je suis à la retraite depuis bientôt un an. J'ai toujours bien sûr mes réseaux. Mais la meilleure chose à faire c'est d'avoir un président ou une présidente toujours en exercice et faire en sorte que l'Ordre infirmier et le Conseil soient pérennisés pour continuer à défendre la profession infirmière qui est une belle profession." 

Reportage Laure Philiber







Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | CULTURE | HEIVA 2018 | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Hawaiki Nui | Beach soccer | Tahiti Pro Teahupoo | Digital Festival Tahiti | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018