FAITS DIVERS

Vidéo - Tepea, capitaine du Tohitika : « La vigilance, c’était d’abandonner le navire »


Samedi 6 Janvier 2018 à 15:33 | Lu 4912 fois

SAUVETAGE – 14 personnes ont été sauvées de la noyade vendredi en fin de journée. Elles se trouvaient à bord d’un bateau de croisière, à trois heures de navigation de Tahiti.


(Crédit photo : JRCC)
(Crédit photo : JRCC)
Tout était prévu pour une agréable partie de pêche. 14 personnes, dont le capitaine Tepea Guillain, ont embarqué vendredi vers midi sur le Tohitika. Direction : Tetiaroa. Tepea Guillain explique :

« Nous avons décollé à 12h40. Il y avait un peu de houle mais ça allait. Par grain, on passait bien. »

Mais au milieu de l’après-midi, la situation évolue. La sortie pêche vire au cauchemar. De l’eau pénètre dans la cale arrière.

« Je pense que c’est avec le poids à l’arrière de la glacière qui a fait qu’une vague est passée à l’arrière. L’eau a bien pénétré dans la cale arrière. Ça nous a bien stoppé. »

Les pompes de cale se sont arrêtées de fonctionner. Après plusieurs tentatives, impossible de vider l’eau.

« Nous n’avons rien pu faire après cela. »

Les passagers appellent leur famille, qui prévient les secours. Le JRCC prend contact avec le bateau et demande au capitaine de déclencher la balise de détresse.En attendant les secours, l’équipage se met à l’avant du bateau. ​

« La vigilance c’était d’abandonner le navire. »

Le capitaine et les passagers réunissent zodiacs et paddles pour se fabriquer un radeau de fortune. L’eau monte mais personne ne perd son calme. Tepea Guillain analyse :

« Tout le monde fait du bateau. Tout le monde est assez apte à gérer son sang-froid. »

45 minutes après l’appel, les secours arrivent enfin. L’hélitreuillage peut commencer. Une heure plus tard, Tepea Guillain et les 13 autres passagers sont sains et saufs.

Le capitaine se défend d’avoir été présomptueux concernant les conditions météorologiques.

« La vigilance était orange, d’accord, mais les conditions futures étaient bonnes donc c’est juste la maîtrise de l’eau qu’on n’a pas pu assurer. »

Pour Clément Jacquemin, directeur du JRCC, les conditions météo étaient annoncées et connues. Il indique :

« Dans ces cas-là, il faut s’interroger, savoir si son bateau est apte à affronter ces conditions de mer. »

Ce samedi, le propriétaire du Tohitika repris la mer pour tenter de ramener son bateau. Les services de l'Etat font de même.

Rédaction web avec Thomas Chabrol

Tepea Guillain, le capitaine


Clément Jacquemin, directeur du JRCC


Le Contre-amiral Denis Bertrand









Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | CULTURE | HEIVA 2018 | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Tahiti Pro Teahupoo | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018