MONDE

Vidéo - Poupoune dit non à l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie


Samedi 3 Novembre 2018 à 09:25 | Lu 878 fois

NOUVELLE-CALÉDONIE – C'est le jour J pour le référendum d'autodétermination au Caillou. Dans les tribus kanak, le oui est ultra-majoritaire. Chez les Caldoches, ces Calédoniens installés sur le Caillou depuis quatre générations, la tendance est inverse. En attendant les résultats qui tomberont ce samedi soir au fenua, rencontre avec Poupoune le Broussard, figure emblématique du nord calédonien.


Poupoune à l'entrée de sa ferme. Photo : Mike Leyral
Poupoune à l'entrée de sa ferme. Photo : Mike Leyral
Poupoune n’apprécie pas le mot "Caldoche". Il se définit comme "Broussard" : un gars rude, bagarreur et fêtard, amateur de boxe, de rodéo et de chasse au cerf.
 
Son vrai nom, c’est France Debien. Mais à Voh, au nord de Koné, tout le monde l’appelle Poupoune. Un surnom qui n’a pas empêché cet éleveur de bovins d’exercer deux mandats d’élu de la Province Nord, et au Congrès, au côté de Jacques Lafleur. C’était juste après les Événements. Il avait voulu réagir.
 
L’homme est conservateur et patriote, anti-indépendantiste depuis toujours. Mais il assure respecter le peuple kanak. Enfant, il était le seul blanc dans son équipe de football. Il suit la coutume, et sa famille est de plus en plus métissée.
 

Beaucoup de Calédoniens pratiquent la chasse aux cerfs, qui sont nombreux et dévastent les forêts. Photo : Mike Leyral
Beaucoup de Calédoniens pratiquent la chasse aux cerfs, qui sont nombreux et dévastent les forêts. Photo : Mike Leyral
En 1984, les tensions politiques sont vives. Les clôtures de Poupoune sont saccagées. Aussitôt, le Broussard va dans la tribu qu’il juge responsable. "J’ai tout cassé, ça s’est arrêté là !" Pour un politicien, Poupoune n’est pas un diplomate. Mais c’est aussi pour son franc-parler qu’il est apprécié.
 
Pourquoi votera-t-il contre l’indépendance au référendum ? D’abord par amour de la patrie : son père le réveillait en chantant La Marseillaise.
Ensuite parce qu’il ne croit pas que la Calédonie puisse se passer de l’aide d’un État puissant. Lui-même bénéficie par exemple de la défiscalisation pour acheter ses machines agricoles. Et sans la France, ce serait la Chine ou l’Australie qui viendraient.
Enfin, selon lui, les Kanak n’ont pas vraiment le sens des affaires. "Ils travaillent dans leurs petites cultures pour la maison, ils s’arrêtent là, mais pour faire vivre un pays, il faut aller au-delà." 
 

"On sera peut-être prêts à l’indépendance dans 150 ou 200 ans, ce sont les générations suivantes qui choisiront !" Poupoune est sûr de la victoire du non. Mais si le oui l’emporte, il restera. Il est Calédonien, et rien d’autre.
 







SOCIÉTÉ | Miss France 2019 | Hura tapairu 2018 | FAITS DIVERS | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | HEIVA 2018 | Hawaiki Nui | Beach soccer | Tahiti Pro Teahupoo | Digital Festival Tahiti | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018