SOCIÉTÉ

Vidéo - Nucléaire : Monique Richeton raconte son enfance à Rikitea


Vendredi 25 Août 2017 à 14:06 | Lu 1503 fois

TÉMOIGNAGE - Jeudi l’association 193 fêtait ses 3 ans de lutte pour faire reconnaître les conséquences des essais nucléaires. Elle a annoncé se réunir samedi pour décider de porter plainte ou non pour crime contre l’humanité. Parmi les membres réunis jeudi, Monique Richeton, ancienne maire de Rikitea (2001 à 2014). Aujourd’hui élue orange à l’Assemblée, elle raconte son enfance sur l’atoll de Rikitea où elle vit encore.


"Je suis née aux Gambier, j'ai grandi là-bas, je suis allée à l'école là-bas. Et puis en 1962, les militaires ont commencé à venir chez nous. On nous disait qu'ils venaient pour trouver une île pour préparer les bombes. (...) Les premiers tirs ont débuté en 1966 (...) On commençait à vouloir voir de plus près. Pas mal de jeunes s'amusaient à aller en montagne pour essayer de voir le champignon. (...) Quand les militaires pensaient que le vent changerait de sens, on nous réunissait pour aller dans l'abri. C'était assez bien organisé. Il y avait des lits et un coin pour faire la cuisine (...)
Quand on nous a dit que le CEP allait partir, les gens ne l'ont pas vraiment cru. Ils pensaient que le CEP était éternel. De nombreuses personnes ont été malades. Beaucoup sont décédés. On disait que c'était à cause de cancer. Moi j'ai perdu ma mère. Elle a eu une leucémie. (...)
Je trouve que la population de Rikitea est courageuse de vivre encore sur notre île." 

 








SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017