SOCIÉTÉ

Vidéo - Maire Bopp Dupont incarne la lutte contre le Sida


Jeudi 29 Novembre 2018 à 14:47

PORTRAIT - Maire Bopp Dupont incarne la lutte contre le Sida au fenua et même dans le Pacifique Sud. C’est en 1998 que la jeune étudiante vouée à une brillante carrière de journaliste découvre qu’elle est séropositive. À quelques jours de la journée de lutte contre cette maladie, elle revient pour Tahiti Nui Télévision sur ces 20 années de combat.


Le Sida touche actuellement 137 personnes en Polynésie. Des chiffres plutôt constants contrairement à ceux des maladies et infections sexuellement transmissibles qui continuent à gagner du terrain tels que la syphilis, gonococcie et la chlamydia.
Et si les chiffres du Sida restent stables, c'est notamment grâce aux actions de personnes telles que Maire Bopp Dupont. Depuis le début des années 2000, elle est devenue le fer de lance de la lutte contre le Sida au fenua. Alors que se prépare la journée mondiale de lutte contre le Sida ce samedi 1er décembre, Maire nous raconte sa vie avec la maladie. Un message positif pour les personnes séropositives et leurs familles, mais le travail de prévention reste encore colossal. 

>>> Lire aussi : Progrès encourageant vers un vaccin contre le VIH

La vie de Maire ressemble à la nôtre… Mère de famille, professeure au collège de Afareaitu et présidente de l'association Agir contre le Sida, Maire Bopp Dupont organise la vie de son foyer, bien que depuis 20 ans, elle vit avec le virus du VIH : "J'ai été diagnostiquée dans un état de Sida avancé, avec un système immunitaire complètement disparu" explique-t-elle. "Je suis parti la voir avec son frère cadet. On l'a vu à l'hôpital aux Fidji. Je suis parti avec deux litres de jus de noni pour lui donner à boire. (...) Elle s'est bien battue contre la maladie" raconte Jean-Jacques Bobb Dupont, son père, toujours très ému.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
"Il y a 20 ans, je ne me projetais pas du tout. Avec ma famille, on ne savait même pas ce qu'était cette maladie. Et surtout, quel traitement on pouvait avoir. (...) Depuis 20 ans, j'ai un compagnon qui s'appelle la trithérapie et que je dois prendre matin et soir. De plus en plus, ces traitements se sont améliorés et sont devenus moins lourds, mais cela reste une responsabilité quotidienne" poursuit Maire.

Le Sida a changé sa vie, mais la jeune femme a choisi de se battre. Elle va porter la lutte contre la maladie au fenua et à l’échelle du Pacifique : "Cela m'a offert des expériences qui n'ont pas de prix. J'ai rencontré (Bill Clinton, Nelson Mandela..., NDLR) des décideurs du monde qui œuvrent dans les communautés parfois très éloignées et avec peu de moyens. Des réunions dans un petit village aux grandes conférences aux Nations Unies, cela a été une expérience très riche". "Il faut être solide. Mairie a toutes les qualités pour mener la même vie que tout le monde : une vie saine, posée, réfléchie" confie sa mère, Tamara Bobb Dupont.

> Samedi 1er décembre : journée mondiale de lutte contre le Sida

Professionnellement, Maire retourne à l’université pour passer le Capes, et devenir professeur certifiée. Depuis la rentrée, elle enseigne le tahitien et le français à Moorea. Toujours présidente de l’association Agir contre le Sida, elle confie cependant avoir levé le pied, quelques temps. Une mise en retrait qui n’est qu’une parenthèse, car les besoins en matière de prévention sont importants : "Les jeunes ne sont pas au courant. J'ai constaté que le travail de prévention n'existait plus. Les résultats sont là : on a une population scolaire qui n'est pas au courant" déplore Maire.

La journée de lutte contre le Sida, c’est ce samedi 1er décembre. Des stands de dépistage seront installés devant la cathédrale de Papeete ce vendredi 30 novembre à partir de 18 heures et pour toute la soirée.
 
Rédaction web avec Laure Philiber






SOCIÉTÉ | Miss France 2019 | FAITS DIVERS | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Européennes 2019 | Pharmacies et Médecins de Garde | FenuaHeroes