SOCIÉTÉ

Vidéo - Le reo tahiti enseigné à l’université de Hawai’i : un lien avec le fenua


Samedi 31 Mars 2018 à 11:54 | Lu 1118 fois

EDUCATION - Depuis une trentaine d’années, à Honolulu, des étudiants apprennent la langue tahitienne. Pour ceux originaires de Polynésie française, c’est un moyen d’apprendre un peu de leur culture.


Des élèves en cours de reo à Hawaii. (Crédit photo : TNTV)
Des élèves en cours de reo à Hawaii. (Crédit photo : TNTV)
Deux fois par semaine, Teura et Vehia se rejoignent pour une heure de reo Tahiti. C’est l’une de leur langue maternelle. Ce cours est l’un des rares moments où elles peuvent discuter en tahitien, et se rapprocher ainsi de leur culture. Vehia explique :

« Ma famille est de Tahiti et j’aime cette culture. C’est aussi mon patrimoine. C’est important pour moi de l’apprendre pour perpétuer la langue et la culture. » 

Teura abonde dans son sens : 

« C’est un moyen de se rapprocher de la culture et aussi de ma famille, je peux ainsi converser avec eux. Le français est un moyen aussi mais avec le tahitien, on peut approfondir les discussions. » 

Comme elles, ils sont une douzaine à suivre les cours de reo tahiti, dispensés sur quatre années. Un cursus dont Keao Nesmith est responsable. Ce docteur en linguistique a appris le tahitien auprès de sa famille adoptive, au fil de ses nombreux voyages au fenua. Il souligne : 

« Nous maintenons le lien entre les Tahitiens vivant ici à Hawai’i et ceux de Tahiti. Mais de manière générale, entre les Tahitiens et les Hawaiiens parce que nous sommes un seul et même peuple. »

Ici il n’est pourtant pas facile de pratique le tahitien, mais pour Keao l’essentiel est que ses étudiants puissent converser. Le professeur continue :

 « Nous focalisons notre attention sur ce que les étudiants souhaitent acquérir pour qu’ils puissent pratiquer la langue de tous les jours. Nous procédons par thème. »

Keao a réussi à rassembler un certain nombre d’étudiants. Les échanges sont facilités. Vehia a séjourné à Tahiti pendant six mois, un moyen pour apprendre en accéléré. La jeune femme se souvient :

« C’était un peu difficile parce qu’ils parlent le français et beaucoup le tahitien. Il a fallu que je m’adapte, mais ce fut une bonne expérience, pendant les six mois, j’ai pu étudier le tahitien et le français aussi. »

Toute la classe viendra à Tahiti au mois de juin.  Durant trois semaines, ils auront l’occasion de mettre en pratique ce qu’ils auront appris en classe.
 
Rédaction web avec Matahi Tutavae   

Le reportage de Matahi Tutavae








Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | CULTURE | HEIVA 2018 | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Tahiti Pro Teahupoo | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018