SOCIÉTÉ

Vidéo - La chasse aux "noddy birds" pour survivre à la faillite de Nauru


Samedi 12 Janvier 2019 à 17:15 | Lu 546 fois

PACIFIQUE - À Nauru, l’effondrement de l’économie du phosphate dans les années 90 a conduit la population à replonger dans son passé pour pouvoir survivre. L’une des pratiques les plus répandues sur l’île, c’est la chasse aux oiseaux nocturnes des mers. Les "noddies" ou "noha" en tahitien, sont un mets des plus appréciés par les Nauruans.


Depuis l’épuisement de ses ressources en phosphates dans les années 90, la population se bat pour survivre dans ce plus petit État insulaire du monde. Pour subvenir à ses besoins, la population de Nauru chasse... des oiseaux. Leur cible : les "noody birds", aussi appelés "noddies" ou "noha" en tahitien.

>>> Voir aussi : Vidéo - Vie et mort des réfugiés dans les camps de Nauru

Hayben et Johnny sont tous deux chasseurs de "noddies". Des chasses qu'ils pratiquent dès la tombée de la nuit, dans la forêt de Nauru. Pour attirer les "noddies", une auto stéréo alimentée par une batterie est reliée à des haut-parleurs porte-voix, délivre des cris d'oiseaux. Une fois qu'ils sont là, il ne reste alors aux chasseurs plus qu'à les attraper avec leur gaule. Une technique qui ne laisse aucune chance aux oiseaux. Et pensant se poser dans une colonie, ils se précipitent parfois à plusieurs dans le piège.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
"Une fois, nous étions 3, et nous avons attrapé environ 370 'noddies' en 5 heures, en une nuit" déclare Hayben. À peine attrapés, les oiseaux sont tués. Par terre, le sol est jonché de plumes. Mais aussu atroce que cela puisse paraître, c’est ainsi que les Nauruans ont survécu à la crise. Cette chasse est même le principal moyen de subsistance de Hayben.

>>> Voir aussi : Vidéo - Nauru : à fond pour le footy

"On ne peut pas s’arrêter d’attraper le noddy…on aime trop sa chair. Beaucoup de gens m’en commandent, même Johnny d’ailleurs... Je les vends 120 francs la pièce" poursuit Hayben. La chasse au "noddies" à Nauru fait partie intégrante de la tradition de l’île.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
Le gouvernement a déjà tenté d’en dissuader les habitants, sans succès. "On le fait quand même pour gagner notre vie. Certains en vendent tels quels, d’autres sous forme de plats préparés" confie Johnny.

Car c’est aussi cela un habitant de Nauru, quelqu’un qui puise ses ressources sans se soucier du lendemain… mais tout comme le phosphate, à un moment donné, la ressource disparaîtra si elle est surexploitée.
 
Rédaction web avec Brandy Tevero






SOCIÉTÉ | Miss France 2019 | Hura tapairu 2018 | FAITS DIVERS | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | HEIVA 2018 | Hawaiki Nui | Beach soccer | Tahiti Pro Teahupoo | Digital Festival Tahiti | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018