MONDE

Vidéo - La NASA annonce vouloir retourner sur la Lune


Lundi 19 Novembre 2018 à 11:39 | Lu 353 fois

ASTRONOMIE - Après avoir annoncé dans une vidéo digne d'un blockbuster, publiée à l'occasion de son 60e anniversaire, vouloir retourner sur la Lune, l'agence gouvernementale américaine a également dévoilé le site d'atterrissage de son prochain véhicule martien.


Cette année, la NASA fête ses 60 ans. Pour l'occasion, l'agence spatiale a dévoilé sur YouTube une vidéo retraçant son histoire, tout ce qu'elle a accompli dans l'espace depuis sa création, avec notamment, des images d'archives : les premiers pas de l'homme sur la Lune, la Station spatiale internationale, les célèbres robots tels que Cassini, Curiosity ou Juno etc.

>>> Lire aussi : Les Américains présentent leur vaisseau capable d'atterrir sur la Lune  

Elle a également présenté les projets qu'elle compte réaliser dans le futur "retourner vers la Lune... pour rester ! Et aller plus loin... sur Mars, pour augmenter le champ des possibles et aller plus loin dans nos recherches. (...) Nous sommes des pionniers, des penseurs, des visionnaires (...) Nous voulons aller plus loin que là où l'humanité n'a jamais été". Pour rappel, la NASA espère envoyer des astronautes sur Mars d'ici 2043. 

La NASA a choisi le site d'atterrissage de son prochain véhicule martien

Le prochain rover de la NASA sur Mars, baptisé Mars 2020, atterrira dans un ancien delta asséché du nom de Jezero, a annoncé l'agence spatiale américaine ce lundi, en quête de traces d'une ancienne vie microbienne sur la planète rouge.

Le site choisi, après des années de débats et délibérations scientifiques, est le cratère de Jezero, qui fut un lac de 500 mètres de profondeur ouvrant sur un réseau de rivières il y a 3,5 à 3,9 milliards d'années.  Le cratère mesure 45 kilomètres de largeur. Il "pourrait avoir collecté et conservé d'anciennes molécules organiques et d'autres indices potentiels de vie microbienne par l'eau et les sédiments qui occupaient le cratère il y a des milliards d'années", a indiqué la NASA. Les scientifiques de l'agence spatiale ont choisi Jezero pour sa richesse géologique supposée, afin qu'il puisse révéler l'histoire de la planète, qui avant d'être froide et sèche, contenait lacs et peut-être océans.

>>> Voir aussi : Vidéo - Comment les astronautes se coiffent-ils dans l'espace ? Démonstration

Ils estiment qu'il pourrait y avoir au moins cinq types de roches, dont des argiles et des roches "carbonatées", où la probabilité de trouver des traces de vie ancienne est considérée plus forte.  Les rovers ne pouvant pas parcourir de longues distances au cours de leur vie, le choix de la zone d'exploration initiale est crucial.

Les roches carbonatées (comme le calcaire) sont le fruit d'interactions entre l'eau, les gaz atmosphériques et les roches, ce qui donne des indices sur les conditions environnementales au moment de leur formation, a expliqué Ken Farley, scientifique du projet Mars 2020 au Jet Propulsion Laboratory, lors d'une conférence téléphonique.  Le cratère est situé juste au nord de l'équateur martien.

Mars 2020 est le premier rover qui stockera les échantillons de façon à ce qu'une future mission puisse venir les récupérer. Aujourd'hui, un seul rover est en activité sur Mars : Curiosity, opéré par la NASAdepuis 2012, qui contient son propre laboratoire d'analyse chimique.

>>> Lire aussi : La voix de Stephen Hawking envoyée dans l'espace pour son inhumation

Mars 2020 devrait coûter 2,5 milliards de dollars à la NASA. Il sera lancé en juillet 2020, pour un atterrissage en février 2021. L'atterrissage, comme toutes les missions précédentes sur Mars, sera l'une des parties les plus dangereuses du périple. Il faudra qu'il se pose intact et à l'endroit, tout en évitant les dunes, rochers et autres reliefs présents dans le cratère.

Parmi les quatre planètes rocheuses comparables à la Terre dans le système solaire, Mars a le mieux conservé "ce qu'il s'est passé dans le premier milliard d'années après sa formation", a expliqué Michael Meyers, responsable scientifique du programme d'exploration martienne de la NASA. "Lorsque la vie a commencé sur la Terre, la vie pourrait avoir commencé sur Mars", a-t-il dit.
Contrairement à la Terre, Mars n'a pas d'activité tectonique connue, ce qui favorise la préservation des anciennes traces de vie, alors qu'elles ont été englouties par la tectonique des plaques sur notre planète, très active géologiquement.
 
Rédaction web avec AFP







Dans la même rubrique :
< >

Samedi 15 Décembre 2018 - 09:51 La mobilisation des "gilets jaunes" s'essouffle

SOCIÉTÉ | Miss France 2019 | Hura tapairu 2018 | FAITS DIVERS | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | HEIVA 2018 | Hawaiki Nui | Beach soccer | Tahiti Pro Teahupoo | Digital Festival Tahiti | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018