SOCIÉTÉ

Vidéo - Jean-Christophe Bouissou : « Il y a un risque à vivre à proximité des rivières »


Lundi 22 Janvier 2018 à 11:26 | Lu 481 fois

INTEMPERIES – Le ministre du Logement était l’invité du Grand JT ce dimanche soir. Le porte-parole du gouvernement était en plateau pour faire un état des lieux des chantiers en cours suite aux intempéries de janvier 2017.


Jean-Christophe Bouissou, ministre du Logement. (Crédit photo : TNTV)
Jean-Christophe Bouissou, ministre du Logement. (Crédit photo : TNTV)
Des chantiers terminés, d’autres en cours et d’autres encore doivent être lancés. Le gouvernement entend tenir ses engagements pour la reconstruction pris au lendemain des intempéries qui ont frappé la Polynésie le 22 janvier 2017.

Etes-vous satisfait de l’avancée des travaux de reconstruction ?

On peut toujours aller plus vite mais lorsqu’on considère des aides qui ont été consenties et les travaux qui ont été réalisés. […] Nous allons tenir notre engagement à livrer un nouveau pont d’ici le mois de mai. N’oubliez pas les entreprises, les commerces, plus de 300 commerçants sinistrés. Il a fallu retaper, les aider. Il y a eu plus de 200 véhicules à remplacer. Nous avons reconstruit neuf grands ponts et 11 passerelles et il reste c’est vrai des enrochements au niveau des rivières.

Un texte de loi va être soumis au vote à l’assemblée dans quelques jours. Il prévoit de créer un régime d’aide à la reconstruction du logement en cas de calamité naturelle. Concrètement, qu’est-ce ce texte va changer pour les sinistrés ?

Jusqu’à présent, c’était des mesures qui étaient prises un peu de manière empirique, au travers d’arrêtés par le conseil des ministres. Aujourd’hui, nous avons l’outil juridique pour permettre une intervention rapide.

L’année dernière, des aides publiques ont été accordées pour reconstruire des maisons qui se trouvent dans des zones inondables, dites zones rouges, c’est une problématique délicate. Quel est votre regard par rapport à cette problématique ?

Notre regard est simple : nous appliquons strictement la loi. Il est évident lorsque des familles se retrouvent dans une zone à risque, où on ne peut pas délivrer un permis de construire, nous venons à aider, à citer la famille en question, à reconstruire le logement qui n’est pas dans une zone à risque.

Nous prenons en charge la reconstruction ou alors même sur l’aspect foncier, nous avons dégagé un terrain pour reconstruire. Il faut absolument que nos familles polynésiennes prennent conscience qu’il y un risque à vivre à l’intérieur de ces zones à risque, à proximité des rivières. On vient de connaître cette problématique en début d’année 2017, il est fort possible que dans les années à venir, nous ayons à rencontrer une situation similaire.

Allez-vous inciter les communes à réaliser un plan de prévention des risques (PPR) ?

Nous regardons de près si les familles en question sont dans des zones à risque ou pas, s’il y a des préconisations que nous pouvons faire. Alors à ce moment-là, nous pouvons avoir un regard plus indulgent sur la demande.  

On dit souvent que les risques sont accrus en raison de l’incivisme de certains. Est-ce que le gouvernement compte mettre en place des mesures pour lutter contre cet incivisme ou au moins de la sensibilisation ?

Ce n’est pas uniquement de l’incivisme, c’est aussi le fait de nettoyer à l’intérieur des vallées, à proximité des rivières, les arbres qui ont été abattus et qui entravent les coulées des eaux. Il faut le voir périodiquement.  C’est une prise de conscience générale. C’est un travail que nous menons tous ensemble.
 








Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | CULTURE | HEIVA 2018 | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Digital Festival Tahiti | Tahiti Pro Teahupoo | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018