SOCIÉTÉ

Vidéo - Jacky Bryant: "L'écologie n'a toujours pas sa place dans un gouvernement"


Dimanche 2 Septembre 2018 à 15:00 | Lu 859 fois

ENVIRONNEMENT - Jacky Bryant leader du parti écologiste Heiura-Les-Verts était l'invité de notre journal télévisé de samedi. Interrogé par Tamara Sentis, il s'est exprimé sur l'actualité locale dont le projet de lotissement "Capoe" de Thierry Barbion à Miri, où seul le parti écologiste, s'est érigé contre celui-ci.


Crédit photo: TNTV
Crédit photo: TNTV
Bien que ce projet ait reçu un avis défavorable du service de l'Urbanisme, en raison des risques d’inondations et de glissement de terrain, cela n'a pas empêché le promoteur immobilier de commencer à défricher une partie des 22 hectares, détruisant ainsi un habitat propice au développement de deux espèce d’oiseaux endémiques.

Si Thierry Barbion a indiqué au service de l’urbanisme qu’il s’engagerait à reverser une compensation de un million de francs à l’association ornithologique Manu, cela ne suffit pas à calmer la colère de Jacky Bryant. "Je vais rester poli, c'est un rigolo ce monsieur !" martèle t-il d'entrée.

Et d'argumenter: "Pour reconstituer un bois, il faut trente ans à peu près pour avoir une biodiversité de façon à ce que les espèces puissent trouver un équilibre (....) La question est de savoir, est ce qu'aujourd'hui nous sommes dans l'obligation de détruire systématiquement tout ce qui représente la biodiversité, au motif que nous devons créer de l'activité. Est ce qu'il n'y a pas d'autres options ?" s'interroge le leader de Heiura-Les-Verts.

Pour Jacky Bryant, "Que ce soit dans un gouvernement de gauche ou de droite, l'écologie n'a toujours pas sa place. (...) Nous sommes confrontés aujourd'hui à des rapports de force. (...) Et la démission de Nicolas Hulot, est symptomatique de cette impuissance, de cette incapacité. On lui a fait avaler des couleuvres."

Concernant le projet du "Village Tahitien", Jacky Bryant part du constat que la majorité des touristes qui viennent en Polynésie n'ont qu'une idée en tête, "Aller à Bora Bora. Donc, essayer de reconstituer quelque chose qui pourrait ressembler à Bora Bora, est une obsession. On y arrivera pas."

Cependant estime t-il, au vu du succès rencontré par le ori tahiti dans le monde "qui est devenu une locomotive du développement touristique", il serait bon que le touriste puisse trouver dans le village tahitien un espace culturel où il puisse suivre et comprendre l'évolution de la culture polynésienne au travers de ses enrichissements.
 
Rédaction web
 
Retrouvez l'intégralité de l'interview de Jacky Bryant








Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 17 Octobre 2018 - 14:19 200 chômeurs dans la "course à l'emploi" jeudi

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | CULTURE | HEIVA 2018 | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Digital Festival Tahiti | Hawaiki Nui | Tahiti Pro Teahupoo | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018