TNTV - Actualité, news, replay et direct live de Polynésie


Vidéo - Gaston Flosse: "L'Etat et le haut-commissaire sont les ennemis du Tahoeraa "


TERRITORIALES - Samedi, Gaston Flosse, président du Tahoeraa Huiraatira était l'invité de notre journal télévisé. Après son meeting tenu dans la journée, où près de 9 000 militants étaient présents, l'homme fort du parti, bien qu'inéligible jusqu'en 2019, a dévoilé sa liste pour les territoriales et son projet pour la Polynésie que Geffry Salmon, tête de liste adoubée par le vieux lion, se chargera de mettre en place.


Crédit photo: TNTV
Crédit photo: TNTV
Gaston Flosse s'estime "tout à fait satisfait" de la mobilisation. Pour lui, il a gagné, "le tout premier tour de ces élections."

Sur le choix de Geffry Salmon comme tête de liste et sa capacité supposée à diriger la Polynésie Française, Gaston Flosse ne doute pas de ses compétences. "C'est un ancien compagnon (...) il connait bien les dossiers du Pays."  Rappelant que son poulain a dirigé l'OPT, créé la société de téléphonie mobile Vini et qu'il est à l'origine du câble sous-marin, l'ex-homme fort du Pays estime que "C'est un excellent technicien."

Mais en cette période où le peuple attend plus de probité de la part des élus, n'est-il pas risqué de remplacer quelqu'un d'inéligible par un homme qui a été condamné à de la prison ferme en 2012 pour favoritisme et corruption passive ? Pour Gaston Flosse, l'Etat est à la source de ces tracas. "J'ai été Secrétaire d'Etat, et il y a un bureau qui s'appelle la chancellerie, et de là, on décide de tous les gens qu'il faut éliminer de la vie politique et aujourd'hui, je suis sur cette liste-là."

Concernant son inéligibilité qui court jusqu'en 2019, Gaston Flosse assurait dans son intervention au journal en reo maohi, qu'il ne ferait plus de recours en justice. "Plus de recours, j’ai confiance dans le peuple polynésien pour nous donner la victoire, je sais ce qu’ils attendent. Du travail et qu’on les aide". Pour le vieux lion, fini les bras de fer avec la justice. "Aujourd’hui mes ennemis sont l’Etat français et Edouard Fritch."

L'Etat, son ennemi, alors que pour financer son programme, il compte sur une augmentation des dotations de l’Etat. 54 milliards de Fcfp au titre des maladies radio-induites, sanctuariser la dette nucléaire à 18 milliards de Fcfp, et obtenir un loyer de 12 milliards de Fcfp pour Moruroa et Fangataufa. Sans se démonter, Gaston Flosse argumente :"Si la France aujourd'hui, a sa bombe atomique, c'est grâce en grande partie au Tahoeraa Huiraatira et à Gaston Flosse (sic), j'ai fait le tour du Pacifique pour rencontrer les Chefs d'Etat (...) et j'ai menti partout, parce que j'ai cru en ce qu'on me disait."
 
Pour le président du parti orange, "La France n'a pas de reconnaissance envers la Polynésie. si elle est aujourd'hui parmi les grandes nations du monde, c'est en partie grâce à la Polynésie, et elle a une dette envers la Polynésie. Et qu'elle paye sa dette." Pour lui, l'Etat et le haut-commissaire sont les ennemis du Tahoeraa, voulant éliminer son président. "On n'a jamais vu cela" estime t-il, avant de se raviser : "Si, peut-être au temps de Pouvanaa."

 
Rédaction Web avec Tamara Sentis

Gaston Flosse interviewé par Tamara Sentis




Dimanche 25 Mars 2018 à 10:16 | Lu 3339 fois






Territoriales 2018