MONDE

Vidéo - Fusillade à Strasbourg : 3 morts et plusieurs blessés


Mardi 11 Décembre 2018 à 09:14

MÉTROPOLE - (Mise à jour) La traque policière est lancée pour retrouver le suspect de 29 ans fiché S et connu pour des faits de droit commun qui a tué 3 personnes et en a blessé au moins dix autres : le point après l'attaque perpétrée sur le célèbre Marché de Noël de Strasbourg, depuis longtemps objet de l'attention des autorités.


> Que s'est-il passé ? 
 

Il est 20H30 quand le premier adjoint au maire de Strasbourg Alain Fontanel lance un message d'alerte sur Twitter : "Fusillade dans le centre-ville de Strasbourg. Merci à tous de rester chez vous en attendant une clarification de la situation", écrit-il à ses administrés. 
La situation est encore confuse mais un homme vient d'ouvrir le feu, en plein centre-ville, dans le secteur très fréquenté du marché de Noël, avant de s'engouffrer dans un taxi, selon une source proche de l'enquête. D'après une autre source, le chauffeur de taxi, indemne, a indiqué aux policiers que le suspect était blessé.
L'homme a réussi à pénétrer dans le périmètre de ce site pourtant sous étroite surveillance dans le contexte de menace jihadiste élevée d'autant que le site avait fait l’objet d’un projet d’attentat en décembre 2000.

Jérémy Rigal a grandi à Tahiti. Il est en ce moment à Strasbourg. Il raconte : "Alors que nous étions dans un restaurant, un policier armé, cagoule sur le visage, gilet par balle et arme à la main est venu nous ordonner de nous mettre à terre et de se confiner au sous sol et derrière le bar. Un homme venait d'ouvrir le feu à quelques mettre de nous. Des coups de feux ont retenti, des sirènes et des cris également...L'homme étant fiché S es toujours dans la nature ils sont actuellement à sa recherche du côté du quartier "Neuhdorf" (là où je vis en ce moment) plusieurs hélicoptères rôdent encore..."
 

> Quel est le bilan de l'attaque ? 
 

Le bilan divergeait selon les sources. Selon un point de situation communiqué à l'AFP vers 01H00 mercredi par le maire de Strasbourg Roland Ries, l'attaque a fait "quatre morts et une dizaine de blessés dont trois ou quatre dont le pronostic vital peut être engagé".
Vers 23H15 la préfecture du Bas-Rhin évoquait deux morts, 6 blessés graves et 6 blessés légers. 

Selon une source proche du dossier, le bilan de l'attaque s'élevait vers 23H30 à 2 morts, 13 blessés dont deux qui présentaient un pronostic vital engagé et tandis que cinq autres ont été transportés en urgence absolue. 

Aucune information n'était disponible sur l'identité ou l'âge de ces victimes. L'état-major des armées a par ailleurs indiqué dans la soirée qu'un soldat Sentinelle avait été blessé légèrement à la main par le ricochet d’un tir de l’assaillant. 
Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a été dépêché sur place par le président Emmanuel Macron. Le nouveau procureur de la République Remy Heitz, qui a succédé à François Molins mi-novembre, s'est lui aussi rendu sur les lieux dans la soirée.


> Qui est le suspect ?  
 

Les policiers sont désormais lancés sur la trace du tireur en fuite, "identifié" par les autorités et connu des services de police. Selon une source proche de l'enquête, cet homme de 29 ans né à Strasbourg a été fiché "S" en 2016, l'abréviation pour "Sûreté de l'Etat", par les services antiterroristes.

Selon une autre source proche de l'enquête, il avait été signalé par la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) lors d'un passage en prison où il s'était fait remarquer pour des violences et son prosélytisme religieux. 
Avant son passage à l'acte, le fuyard était déjà recherché dans une affaire distincte, un vol à main armée, selon une source proche du dossier, tandis qu'une autre source a évoqué une enquête pour tentative d'homicide.

Le matin-même de l'attaque, les gendarmes ont mené un coup de filet dans le cadre de cette affaire de droit commun, interpellant plusieurs hommes. Mais dans leurs "objectifs", il manquait le futur tueur, introuvable à son domicile qui a pu toutefois être perquisitionné.

Se sachant recherché, l'homme a-t-il basculé dans un périple meurtrier ? Si ses motivations précises restent à établir, le parquet antiterroriste a estimé les indices suffisants pour ouvrir une enquête pour "assassinats et tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle". 




Rédaction web avec AFP. 

 
Suivez le fil info ci-dessous : 
 








SOCIÉTÉ | Miss France 2019 | FAITS DIVERS | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Européennes 2019 | Pharmacies et Médecins de Garde | FenuaHeroes