SOCIÉTÉ

Vidéo - Établissement REP+ : Enseigner et éduquer autrement au collège Henri Hiro


Jeudi 6 Décembre 2018 à 12:10 | Lu 406 fois

ÉDUCATION - Les Réseaux d’Éducation Prioritaire (REP +) sont des zones dans lesquelles les enfants ont plus de difficultés à suivre une scolarité normale. Plus de moyens sont alors alloués aux établissements REP+ pour exercer leurs missions particulières, comme c'est le cas au collège Henri Hiro où l’enseignement se fait autrement.


Le premier séminaire consacré aux Réseaux d’Éducation Prioritaire a ouvert ses portes ce jeudi matin au lycée hôtelier. Durant trois jours, enseignants, chefs d’établissement et spécialistes de l’éducation feront le bilan du dispositif REP + appliqué à la Polynésie depuis trois ans maintenant. 

Au collège Henri Hiro, des élèves en quatrième participent cette année au programme de cadet de la sécurité civile. Un programme qui existe depuis un an seulement au collège. Il y a quelques formations théoriques et beaucoup de formations pratiques, comme les premiers secours, la manipulation d’extincteur, ainsi que la visite de la caserne de pompier de Faa’a et la participation à la cérémonie de la Sainte Barbe, cérémonie à laquelle le Haut-commissaire a également participé le 4 décembre.

>>> Lire aussi : Au collège Henri Hiro, les métiers de la sécurité pour projet d’avenir

Ce programme permet d’enseigner autrement. "L'idée générale, c'est de travailler en même temps sur des notions utiles de la vie de tous les jours et de travailler sur l'orientation. On part du principe que si un élève peut se projeter dans l'avenir, il peut se donner les moyens de réussir derrière" explique Cyrille Martin, professeur d’éducation physique et sportive.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
Dans un autre cours, celui de science de la vie et de la terre par exemple, les enfants peuvent travailler en îlot, de manière quasiment autonome et avec un support numérique. "On a la chance au collège Henri Hiro d'avoir des effectifs assez allégés. Donc on peut tester plusieurs choses, on peut faire des expériences comme des activités de plantation... Le but, c'est que les élèves trouvent un intérêt pour les sciences et le collège en général" ajoute Teraitua Yvon, professeur de sciences de la vie et de la terre.
 
>>> Lire aussi : Collège Henri Hiro : nouvelle année, nouveaux défis

Il a y a deux ans la direction du collège Henri Hiro a été confiée à Frédéric Schmidt. C’est sa deuxième affectation en Polynésie française. Pour permettre aux élèves du collège de réussir, il a articulé ses actions autour de trois axes :
  • Comment vivre ensemble
  • Comment donner aux élèves l’envie de réussir
  • Comment inscrire les enseignements dans la culture polynésienne
Pour le troisième axe, un groupe de professeurs a décidé d’organiser un voyage pédagogique en Nouvelle-Zélande. Il ne s’agit pas simplement de faire partir des élèves, mais de pouvoir réconcilier les parents avec l’établissement en leur demandant de s’engager dans le projet. Et face aux parents, le discours est un peu plus incitatif : "Si on n'avance pas ensemble, on ne va pas atteindre notre objectif et on aura pas l'argent nécessaire pour y aller".

> "Les moyens, c'est nécessaire et indispensable, mais la vie ensemble, c'est peut-être ce qui fait que les moyens sont efficaces"

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
Plusieurs actions ont été organisées pour financer le projet et inciter les élèves et leurs parents à s’impliquer. La première action a été une vente de gâteaux. Et des élèves qui n’ont pas été retenus pour le projet n’ont pas hésité à donner un coup de main à leurs camarades et leurs professeurs. Les familles des professeurs ont aussi donné de leur temps, tout comme le principal et sa compagne pour l’organisation d’une avant-première au cinéma. Au fur et à mesure élèves et parents s’approprient donc le projet et commencent à adopter le nouvel état d’esprit du collège Henri Hiro.
 
"La valeur d'un REP+, c'est que les équipes sont très solidaires et que la difficulté est partagée. Rarement les gens se retrouvent seuls dans un coin. Et en se centrant sur les élèves, on se centre aussi sur l'intérêt général de l'établissement. C'est sûr que les moyens, c'est nécessaire et indispensable, mais après, la vie ensemble, c'est peut-être ce qui transcende tout ça et qui fait que les moyens sont efficaces" nous dit Frédéric Schmidt, le principal du collège.
 
Rédaction web avec Sam Teinaore







Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | Miss France 2019 | Hura tapairu 2018 | FAITS DIVERS | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | HEIVA 2018 | Hawaiki Nui | Beach soccer | Tahiti Pro Teahupoo | Digital Festival Tahiti | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018