MONDE

Vidéo - Deux avions pour surveiller le Pacifique


Jeudi 6 Septembre 2018 à 09:01 | Lu 2124 fois

OCEANIE - Pêcheurs illégaux et trafiquants de drogue n'ont qu'à bien se tenir. A partir de décembre, deux avions vont scruter l'océan, au service des petites îles. L'Australie a dévoilé l'un de ces avions à Nauru, en marge du Forum des Îles du Pacifique.


Le nouvel avion de surveillance du Pacifique a été présenté à Nauru - Photo : Mike Leyral
Le nouvel avion de surveillance du Pacifique a été présenté à Nauru - Photo : Mike Leyral
Le Pacifique n’était jusqu’ici survolé que 400 heures chaque année par des avions de surveillance. Avec ces deux nouveaux avions, l’un basé à Samoa, l’autre au Vanuatu, cette force de contrôle va se multiplier. 1 400 heures en plus chaque année.
 
"Ce sera dirigé, et c’est ça le plus important, par ces pays : ce sont eux qui choisiront quels sont les endroits à surveiller, dans leur zone économique, là où ils savent qu’il y a un risque d’activité illégale, comme de la pêche interdite, les mouvements des gens, les trafics de drogues, tout ce dont on a parlé ici ces derniers jours", a expliqué à TNTV Marise Payne, la ministre des Affaires étrangères australienne.

Marise Payne, Ministre australienne des Affaires étrangères :


"Sans surveillance aérienne, l’efficacité du contrôle de l’océan uniquement par des navires est très limitée", a ajouté Henry Puna, le Premier ministre des Îles Cook, très affectées par la pêche illégale. "Donc avoir ces avions, parallèlement à ces navires de contrôle, va permettre aux petits Etats insulaires d’aller bien plus loin dans la surveillance de leur océan."
 
Les avions serviront donc à contrôler tout type d’activité illégale et de mouvement suspect. Le principal intérêt reste la préservation des stocks de thon, à la fois pour des raisons économiques, sociales et environnementales. L’Australie mène donc ce noble combat… qui est aussi peut-être une manière de masquer ses réticences à lutter contre le réchauffement climatique, au côté des îles les plus vulnérables.
 

James Movick, Président de la FFA, au côté de Henry Puna, Premier ministre des Îles Cook - Sur l'escalier : Marise Payne, Ministre des Affaires étrangères de l'Australie, devant Anne Ruston, Ministre australienne du développement et du Pacifique - Photo : Mike Leyral
James Movick, Président de la FFA, au côté de Henry Puna, Premier ministre des Îles Cook - Sur l'escalier : Marise Payne, Ministre des Affaires étrangères de l'Australie, devant Anne Ruston, Ministre australienne du développement et du Pacifique - Photo : Mike Leyral

Marise Payne a aussi évoqué les relations entre Australie et Polynésie française :








Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | CULTURE | HEIVA 2018 | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Tahiti Pro Teahupoo | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018