SOCIÉTÉ

Vidéo - Des abandons d'animaux plus fréquents et moins d'adoptions


Samedi 20 Avril 2019 à 16:16

ANIMAUX - A Punaauia, l’association "Ia Maitai te Animara" se rassemble une fois par mois dans la zone industrielle de la Punaruu pour tenter de faire adopter les animaux qu’ils ont recueillis. Un travail que l’association et ses bénévoles effectuent depuis la création de celle-ci, il y a 14 ans de cela.


Crédit photo: TNTV
Crédit photo: TNTV
Chiots ou chatons abandonnés au bord de route, animaux rejetés par leurs propriétaires, chaque jour, l’association s’occupe de près de 100 animaux, sauvages pour certains, âgés pour d’autres. Et ceux qui peuvent l’être, sont proposés à l’adoption. "Durant les deux dernières années, nous avons constaté moins d'abandons d'animaux, mais depuis le début de l'année, c'est infernal. Il y a de plus en plus d'abandons et de moins en moins d'adoptions. C'est un cercle vicieux, on ne s'en sort plus. Nos maisons d'accueil sont saturées." confie Marie-Christine Boutillier présidence de l'association Ia Maitai te Animara.

Malgré les subventions, les dons et l’aide précieuse des vétérinaires, qui acceptent de baisser leurs tarifs pour les associations, ce n’est pas toujours évident. La recherche de famille d’accueil, pour les animaux en attente d’être adoptés, est une problématique. Quoi qu’il en soit, la stérilisation des animaux reste une de leur priorité.

"On fait opérer tous nos animaux, on les fait stériliser, mâles ou femelles, c'est l'unique solution. Cela fait des années qu'on en parle. Si les politiques pouvaient faire un geste pour faire une campagne de stérilisation sur la Polynésie, cela ne coûterait pas des centaines de millions pour aider les gens qui n'ont pas de grands moyens pour faire stériliser leur femelle. Cela serait un grand pas en avant".

Depuis deux ans, l’association a de plus en plus de mal à faire adopter les animaux recueillis, la faute aux réseaux et aux conditions d’adoption laxistes. Au niveau des associations, il existe une forme de contrôle. Toute personne intéressée par l’adoption d’un animal, se verra remettre un questionnaire et elle devra rembourser les frais relatifs à la vaccination et à l’identification de l’animal. Un moyen de s’assurer que les gens adoptent par réel désir et pour les bonnes raisons. On écoute Marie-Christine Boutillier présidence de l'association Ia Maitai te Animara énumérer les conditions d'adoption.








SOCIÉTÉ | Miss France 2019 | FAITS DIVERS | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Européennes 2019 | Pharmacies et Médecins de Garde | FenuaHeroes