SOCIÉTÉ

Vidéo - Commission pour le nucléaire : "On se moque de nous", estime Roland Oldham


Jeudi 27 Septembre 2018 à 17:52 | Lu 503 fois

ASSOCIATIONS - Les membres de la commission sur le nucléaire sont en Polynésie pour "entendre" les acteurs locaux... Et les associations ont des choses à dire. 193 critique la composition de la délégation qui se rendra dans les atolls. Moruroa e tatau estime carrément "qu'on se moque de nous"...


Roland Oldham, président de l'association Moruroa e tatau

Les 12 membres de la commission pour le nucléaire sont en Polynésie. Ils ont pour mission d'entendre les acteurs locaux pour faire des recommandations au gouvernement central sur l'indemnisation des victimes du nucléaire. Ils se rendront notamment à Tureia et aux Gambier. Mais les associations et journalistes ne sont pas conviés, faute de moyens selon les membres de la commission.

Une réponse qui passe mal notamment pour 193. Père Auguste explique que l'association"s'est étonnée des propos de la sénatrice Lana Tetuanui qui voulait que ce déplacement soit "neutre", "objectif"...  Or, nous découvrons que parmi les passagers, il y a l'ancien médecin-chef de l'Armée, et l'actuel aussi. Dans l'équipe, à part Moetai, tout le monde va dans un sens."
 

> "On se moque de nous"

De son côté, Roland Oldham, président de Moruroa e tatau compte bien profiter de la présence de la commission pour dire ce qu'il pense. Il estime "qu'on se moque de nous. La loi Morin, nous l'avons dit depuis le début elle n'est pas bonne (...) Ils n'ont pas tenu compte de l'avis des victimes. Cette loi-là a été pondue par ceux mêmes qui sont mis en cause dans le dossier du nucléaire, c'est-à-dire l'État. Or, une loi où on ne tient pas compte de l'avis des victimes est une loi contre les victimes. Et cette loi Morin est une loi contre les victimes. Ça va bientôt faire 10 ans et le nombre de personnes indemnisées est quasiment nul. (...) On est en train de nous fatiguer, de traîner les pieds. "

>>> Lire aussi : Vidéo - La commission sur le nucléaire en mission en Polynésie

Pour lui, "l'État français refuse d'assumer ses responsabilités. Le politique, aussi bien le notre qu'en France ne s'assume pas. J'aimerai que le politique ici ait un peu plus de courage pour dire fermement à l'État qu'il se doit d'assumer les conséquences des essais nucléaires notamment sur la question des maladies et de la pollution, sur l'environnement"

Roland Oldham a bien l'intention de faire part de ses remarques directement aux membres de la commission lorsqu'il les rencontrera. Il pointe les nombreuses "anomalies dans la modification de la loi. Bien sûr on a retiré la notion de risque négligeable, mais on a ajouté plusieurs pièges pour démoraliser les victimes. Par exemple, la victime peut être auditionnée ou pas. Je ne vois pas la différence. Et c'est la victime elle-même à ses frais qui doit se déplacer à Paris ou alors elle doit désigner un représentant. Ça décourage complètement la victime." 
 
Rédaction web (Interviews Laure Philiber)






SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | CULTURE | HEIVA 2018 | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Digital Festival Tahiti | Hawaiki Nui | Tahiti Pro Teahupoo | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018