SOCIÉTÉ

Vidéo - Christophe Plée : « La Polynésie va rentrer dans la grande famille du Pacifique sud »


Vendredi 16 Mars 2018 à 09:45 | Lu 255 fois

ECONOMIE – Après la Nouvelle-Calédonie, les Pacific Business Day auront lieu du 20 au 23 mars prochains en Polynésie. Objectif de l’événement : redynamiser les échanges économiques et commerciaux du Pacifique Sud. Explications avec le président de le représentation patronale du Pacifique sud, organisatrice de ces rencontres.


16 Pays participeront à ces journées. Les thématiques abordées seront le transport aérien et maritime, le tourisme régional et enfin la thématique du digital.

Chacune des délégations, composée d’un représentant politique, de la chambre de commerce et du secteur privé, pourra échanger à travers des séances plénières des conférences débats ou encore des rencontres entre chefs d’entreprises.

Le président de la représentation patronale du Pacifique sud, Christophe Plée, répond aux questions de Sam Teinaore.

Comment est-ce que la Polynésie française pourrait développer son économie grâce à cette entité ?

D’abord, la Polynésie va rentrer dans la régionalisation. Elle va rentrer dans la grande famille du Pacifique sud puisqu’elle va recevoir pas moins de 12 ministres des pays qui nous entourent, des présidents de pays et chambres de commerce. 80 personnes arrivent en Polynésie lundi soir et vont rester pendant trois jours pour discuter avec les chefs d’entreprise polynésiens et les autorités.

Quel est l’intérêt pour ces patrons de se rencontrer alors qu’ils sont un peu concurrents dans la zone ?

Nous ne sommes pas forcément concurrents. Sur les 16 pays qui viennent, de la Papouasie Nouvelle-Guinée jusqu’aux îles Vanuatu et Fidji, tous ces gens-là ont des problématiques : fret, tourisme, transports aériens… Beaucoup de ces pays sont des îles. Nous avons des problématiques communes. Forcément, les chefs d’entreprises sont intéressés par l’échange, apprendre à se connaître et peut-être mutualiser les moyens…

Certains pays n’ont pas les mêmes niveaux de richesse. Comment chacun pourrait s’entraider ?

Evidemment, il y a deux gros pays qui sont la Nouvelle-Zélande et l’Australie. Ils seront là. Mais tous les autres, nous avons des problématiques : on pourrait mutualiser du transport, des productions, on pourrait imaginer faire des productions communes. Par contre, il faut régler un certain nombre de problèmes. Tout cela va être développer lors de ces conférences débats qui vont avoir lieu pendant trois jours.

Comment attirer les patrons polynésiens ?

Beaucoup d’entre eux ont déjà rendez-vous des invitations mais il reste encore de la place pour assister à ces conférences ou tout simplement venir échanger. Il y a 16 pays qui sont là. Pour les entrepreneurs polynésiens, l’intérêt est de venir échanger, ne serait-ce qu’une carte de visite ou venir écouter les débats. Je pense que c’est une opportunité que nous n’avons jamais vu en Polynésie de mémoire de chef d’entreprise. 
 








Dans la même rubrique :
< >

Territoriales 2018 | SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | VA'A PORTRAITS | POLITIQUE | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB