SOCIÉTÉ

Vidéo - ​Deux nouveaux vaccins bientôt obligatoires en Polynésie ?


Dimanche 14 Janvier 2018 à 16:02 | Lu 2010 fois

SANTE - En France, la polémique gronde autour de la loi qui impose, depuis le premier janvier 2018, à chaque parent de réaliser 11 vaccins dans les 18 premiers mois de la vie de leur enfant. En Polynésie cette législation ne sera pas appliquée. Il faut dire qu’au fenua, 8 vaccins sont déjà obligatoires pour les bébés. Deux autres devraient le devenir dans le courant de l’année 2018.


Crédit : Tahiti Nui Télévision
Crédit : Tahiti Nui Télévision
Au fenua, le calendrier de vaccination de l’enfant date de 2014. Il comprend 8 vaccins obligatoires et 4 recommandés. Ce qui représente, rappel compris, entre 7 et 10 injections dans les 18 premiers mois de la vie de l’enfant. Lorsqu’ils sont effectués dans des structures de santé publique, ils sont pris en charge par la direction de la Santé, qui dépense 140 millions de Fcfp chaque année au travers de son programme vaccinal. "Tous ces vaccins sont des vaccins qui ont déjà de nombreuses années derrière eux. Les effets secondaires qui nous ont été rapportés les dernières années sont essentiellement des effets secondaires locaux c'est-à-dire des gonflements, des rougeurs, voire de temps en temps des surinfections, mais c'était vraiment exceptionnel", note Jean-Marc Segalin, médecin responsable du bureau des programmes de pathologies infectieuses à la direction de la Santé.

8 vaccins obligatoires, ça peut sembler beaucoup. Mais pas pour Bernard Granger, pédiatre depuis 1979. "L'enfant est en contact permanent avec des milliards de milliards de bactéries. Ce ne sont pas quelques vaccins qui vont arriver qui feront quelque chose. C'est une fausse idée."

Le calendrier de vaccination Polynésie tient compte des particularités épidémiologiques de notre territoire. Certains vaccins comme le méningocoque C, sont obligatoires en métropole, mais ne sont pas injectés ici, où la méningococcémie C est très rare.
En revanche, le vaccin contre l’hépatite B, qui est très décrié en métropole car la maladie se transmet par le sexe et le sang, et a donc peu de chances de contaminer les nourrissons, est obligatoire en Polynésie  dès la naissance. "En France on ne le fait pas à la naissance, c'est à partir de 2 mois. On tient compte de ce qui se passe ici. Avant il y avait beaucoup d'hépatite B en Polynésie. Du coup, on préfère vacciner les enfants tôt", explique le pédiatre. 

En 2018, deux vaccins devraient devenir obligatoires. Les oreillons et la Coqueluche. Mais les enfants reçoivent déjà ces vaccins, car ils sont combinés à d’autres en une seule et même injection. "On souhaite rendre deux vaccins obligatoires en plus pour des raisons de simplification des pratiques parce que ces vaccins sont administrés de façon combinée. Il y a notamment le vaccin contre les oreillons qui est inclus dans le ROR qui protège contre 3 maladies : rougeole, rubéole et oreillons. De façon paradoxale, rougeole et rubéole sont obligatoires alors qu'oreillons est recommandée. Donc pour simplifier les choses, on va le passer de façon obligatoire. Et on fera la même chose pour la coqueluche", détaille Jean-Marc Segalin

En 2013, une enquête révélait que plus de 95% des enfants de Polynésie avaient reçu les 8 vaccins obligatoires. Un texte de loi stipule que ceux qui n’auraient pas reçu les injections ne peuvent pas être inscrits dans un établissement scolaire.

Reportage Tamara Sentis








Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | CULTURE | HEIVA 2018 | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Tahiti Pro Teahupoo | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018