SOCIÉTÉ

Unesco : nous avons jusqu’au 12 mars pour envoyer le dossier de candidature


Mardi 23 Janvier 2018 à 09:16 | Lu 399 fois

PATRIMOINE - Plusieurs milliers de sites archéologiques et les plus grands Tiki polynésiens figurent à Hiva Oa. Un aperçu de ce patrimoine culturel a été présenté à la ministre des Outre-mer à travers la visite du Tohua Upeke. Un grand tohua entouré de paepae et de me’ae.
Cette visite a été l’occasion d’aborder la question du classement d’une partie de ces sites et d’autres, sur le reste de l’archipel, sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco. Un chargé de mission aux affaires culturelles mandaté par les instances nationales est attendu le mois prochain, au fenua.


(Crédit photo : haut-commissariat)
(Crédit photo : haut-commissariat)
« Sur la question de l’Unesco, nous travaillons de pied ferme avec le Pays, par le biais du ministère de la Culture, nous avons une dead line à respecter, nous attendons la venue expresse de deux experts pour faire avancer ce dossier », indique Félix Barsinas, président de la Codim.

« Les enjeux sont énormes, on a vu l’intérêt suscité par l’inscription au patrimoine mondial le site de Taputapuatea, ça apporte une plus value. Cela nous permettrait de développer le tourisme. »

 « Pour nous, la deadline, c’est le dossier de candidature que l’on doit envoyer le 12 mars », complète le ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu. 

« On planche sur le plan du dossier final. Une réunion ici, aux Marquises, est prévue mi-février avec la Codim pour leur présenter le contenu de notre allocution que l’on fera le 10 avril à Paris, et se mettre d’accord définitivement sur le contenu. Il faut faire des choix sur les 43 sites qui nous sont proposés. Tous ne pourront pas être labellisés « Unesco », puisque les sites retenus doivent être à la fois culturels et naturels, ce qui complexifie beaucoup ce dossier. Il faudra aussi être vigilants à mettre en avant un site ayant une valeur universelle exceptionnelle. Si on sélectionne par exemple trois baies, cela veut dire qu’aucune des trois ne sort du lot. Il va falloir déterminer quelle est « la baie parmi les baies », qui regroupe le plus grand nombre de critères naturels et culturels. L’agence pour la biodiversité et la Diren travaillent sur la partie « naturelle », le service de la Culture, des archéologues qui ont travaillé ici, aux Marquises, et l’Académie Marquisienne, sur la partie culturelle. La plus grosse difficulté est de regrouper les deux critères. Il faut que ce soit un seul et même dossier »

 
Laure Philiber 







Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 13 Décembre 2018 - 17:53 15 projets privés reçoivent la défiscalisation

Jeudi 13 Décembre 2018 - 17:24 Une nouvelle Clef Verte pour La Pension de la plage

SOCIÉTÉ | Miss France 2019 | Hura tapairu 2018 | FAITS DIVERS | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | HEIVA 2018 | Hawaiki Nui | Beach soccer | Tahiti Pro Teahupoo | Digital Festival Tahiti | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018