TNTV - Actualité, news, replay et direct live de Polynésie


Une liste de dissidents du Tavini dans la course aux Territoriales : "on veut servir et pas se servir"


TERRITORIALES - Ce sont les derniers événements à l'Assemblée qui les ont poussés à se lancer dans l'arène : Heia Parau et Vatea Heller, deux syndicalistes chevronnés, proches du Tavini, constituent leur liste. Un mouvement qui se veut au-delà des clivages politiques habituels


Heia Parau sera la tête de liste de cette nouvelle formation encore en recherche de nom
Heia Parau sera la tête de liste de cette nouvelle formation encore en recherche de nom
Ils veulent être la voix du peuple :  Une liste de militants issus du Tavini se lance aux Territoriales. Ce sont Heia Parau, conseillère municipale à Faa'a, et Vatea Heller, vice-président de la Cosac, qui mènent cette nouvelle liste. Tous les deux très engagés dans les mouvements syndicaux, ils ont participé aux manifestations contre la réforme des retraites. Ce sont les événements survenus lors de la séance du jeudi 8 mars qui les ont poussé à vouloir revenir dans l'hémicycle, cette fois, grâce aux urnes : 
"Il y a une semaine, nous avons tous été témoins et acteurs de ce mouvement populaire à l'Assemblée", raconte Heia Parau, qui portera cette liste. "Il y a eu 12000 personnes à Tarahoi pour crier et montrer leur souffrance. Aucun de nos dirigeants ne s'est présenté devant cette population. J'ai personnellement été choquée de voir ce décalage, et ce fossé, entre les dirigeants politiques du Pays et la population qui était dehors. Ces dirigeants ont été élus par ceux même qui étaient dehors. Le fait de s'être présentés devant ces dirigeants, c'était un appel, un cri. On n'a vu aucune réaction. Aucun n'a demandé à arrêter la séance pour parler avec les représentants des salariés. Tous les gouvernants étaient là. Ca m'a bouleversé de voir cette indifférence. Ca m'a aussi bouleversé de voir que la population qui s'est présentée a été qualifiée de "terroriste"", explique la jeune femme. 
 

Heia Parau et Vatea Heller
Heia Parau et Vatea Heller
Heia Parau et Vatea Heller disent vouloir en finir avec la politique depuis une tour d'ivoire. Avec eux : des mères de familles, des ouvriers et salariés. Ils s'adressent aux foyers, et à ceux qui ne vont plus aux urnes.
"A l'entrée de la Maison du peuple, personne n'a été entendu par ceux qui nous dirigent. Pourquoi une telle indifférence? Comment ces élus qui ont été placés là n'ont pas entendu ce cri de détresse? Devant ce constat, on s'est dit qu'on ne pouvait pas rester comme ça. c'est un mouvement qui se veut rassembleur, fédérateur, un ensemble de savoirs faire, de compétences, d'expériences. Il va au delà des clivages. Ce qu'il s'est passé la semaine dernière est la preuve que tous bords politiques confondus, la population a été capable de se réunir pour porter un même message dans la rue" 


Heia Parau fait partie des proches d'Oscar Temaru. Conseillère municipale à Faa'a, elle oeuvre pour la communication du parti indépendantiste. Vatea Heller est lui agent communal à Faa'a. Que pense le leader du Tavini Huira'atira de leur initiative? "Nous avons informé le leader du parti indépendantiste que nous avons décidé de nous lever et que nous souhaitions mener un autre combat que celui du syndicat, et de proposer une nouvelle vision : celle de la population. Car qui mieux que le peuple peut dire ce dont il a besoin",
relate Heia Parau. "Le taux d'abstention aux élections est très inquiétant. On n'a jamais rien fait pour aller vers cette population. Les différentes réformes proposées par les gouvernements successifs ne conviennent visiblement plus à ces personnes. Les jeunes font partie des abstentionnistes. Pourquoi? Peut-être parce que nos élus ne sont pas exemplaires. Ils ne parviennent pas à les toucher."

Cette liste devrait être la seule menée par une femme, du moins, tant qu'aucune décision de justice ne contraint le Tahoera'a à faire de même. 
"Nous n'avons pas encore arrêté le nom de notre liste. Un nom, c'est important. Cela symbolise notre vision. On ne peut pas se précipiter. Il a été décidé par tous ceux qui sont avec nous de mettre une femme à la tête de cette liste, et de proposer que ce soient des femmes qui soient têtes de sections. C'est pour donner une place encore plus importante et légitime aux femmes. Les femmes doivent avoir un rôle important pas seulement dans le foyer mais aussi là où l'on décide parce qu'elles ont suffisamment de maturité, de bienveillance, de compréhension pour bien réagir", conclut sa meneuse. 
 
Laure Philiber 
 



Vendredi 16 Mars 2018 à 13:19 | Lu 2583 fois






Territoriales 2018