SOCIÉTÉ

Un exercice incendie à l'école To'ata pendant la pause méridienne


Lundi 2 Juillet 2018 à 15:17 | Lu 450 fois

SECURITE – La Fédération des associations de parents d'élèves de l'enseignement public a organisé un exercice incendie ce lundi matin à l’école To’ata. Objectif : permettre aux adultes qui encadrent les enfants pendant le temps périscolaire d’acquérir les bons gestes en cas de problème.


(Crédit photo : TNTV)
(Crédit photo : TNTV)
" Nous ne sommes pas à l’abri d’un feu qui se déclenche à midi, c’est la raison pour laquelle nous avons souhaité organiser cet exercice… " Tepuanui Snow, président de la fédération des associations de parents d’élèves de l’enseignement public (Fapeep), était dans la cour de l’école To’ata ce lundi matin. A 12 heures, l’alarme incendie a retenti.

Les élèves présents lors de ce temps périscolaire ont été amenés à l’écart de l’établissement, sur le stade Bambridge. Les cantinières, armées d’un gilet jaune et de fiches, ont assuré leur sécurité pour cet exercice incendie. Une première. Le président de la Fapeep explique : " Il n’y a aucune réglementation qui vient encadrer le temps périscolaire écoles du 1er degré en Polynésie française. De 11h30 13 heures, qui a la responsabilité des enfants ? Les associations de parents qui n’ont pas pour mission de surveiller les élèves se retrouvent à devoir le faire… " C’est pour cette raison que la Fapeep a décidé de prendre les choses en main et de mettre en œuvre un exercice d’évacuation.

> Un recours devant le tribunal administratif 

Reina Noho, gestionnaire de la cantine scolaire de l’école, a supervisé l’opération. Pour elle, cette formation est primordiale. " Je dois m’assurer à ce que les enfants évacuent dès qu’il y a un incendie. Je dois m’assurer que tout le monde est dehors. J’ai aussi du personnel qui vérifie les bâtiments, voir s’il n’y a personne dans les salles… Mais on n’a pas du tout été formé pour ça. Nous n’avons pas les qualifications… "

Cet exercice a permis aussi de relever des points à améliorer dans le plan d’évacuation. Pour rejoindre le stade Bambridge tout proche, un seul passage piéton est à franchir. Seulement, l’accès est difficile aux personnes à mobilité réduite et l’école compte deux élèves en fauteuil roulant. 

Selon la fédération, la surveillance des enfants doit être une compétence communale. La Fapeep envisage de déposer un recours au tribunal administratif.
 
Rédaction web avec Thomas Chabrol et Jeanne Tinorua-Tehuritaua
 







Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 23 Septembre 2018 - 17:30 Rouler neuf sans se ruiner

Dimanche 23 Septembre 2018 - 15:33 Des jeux pour se rapprocher

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | CULTURE | HEIVA 2018 | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Tahiti Pro Teahupoo | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018