SOCIÉTÉ

Un Centre de Traitement d’Alerte pour plus d'efficacité


Samedi 18 Novembre 2017 à 17:22 | Lu 1598 fois

SECURITE - Si aujourd’hui, les administrés de la commune de Arue font appel à la caserne de Pirae ou de Mahina, pour leur venir en aide, à compter de l’an prochain, les trois communes de la cote Est mutualiseront leurs moyens, grâce à la mise en service d’un Centre de Traitement d’Alerte qui permettra d’améliorer la qualité des interventions tout en diminuant les dépenses.


Crédit photo: TNTV
Crédit photo: TNTV
Arue a fait l’acquisition cette semaine de son tout premier véhicule de sapeur pompiers. Quatre roues motrices, un défibrillateur, un public adress (mégaphone), de quoi voir venir. De plus, la commune a aussi recruté sept sapeurs-pompiers. Pas pour intégrer une nouvelle caserne mais pour gérer ce tout nouveau centre de traitement d’alerte. Premier du genre en Polynésie, ce centre recevra tous les appels au 18 passé à Mahina, Arue et Pirae.

"Une fois que l'on aura réceptionné un appel, on va le traiter et après on dirigera les secours qui seront territorialement compétent. Soit la caserne de Mahina, soit celle de Pirae, et cela dans le meilleur des délais. Il y aura automatiquement une réponse.", indique Xavier Bonnet, chef du Centre de Traitement d'Alerte.

Des interventions plus rapides et efficaces. D’autant que le centre sera situé dans la même pièce que le centre d’appel du SAMU, à l’hôpital du Taaone. "Par exemple, quelqu'un a appelé le 15, alors que nous avons un début d'alerte incendie. Le 15 pourra recevoir l'alerte, mais du fait de l'interconnexion, il pourra basculer l'appel sur les pompiers. Comme cela il n'y a pas  de perte de temps."

En plus des sept sapeurs-pompiers recrutés pour gérer le centre d’appel, la commune envisage de recruter seize pompiers volontaires qui seront détachés tantôt au centre d’appel, tantôt au sein des casernes de Pirae et Mahina.

Pour Arue qui n'a jamais eu de caserne de pompiers, ce CTA va révolutionner l'aide à la personne. "C'était une volonté commune de mutualiser nos efforts, d'une part pour générer des économies, et aussi par souci d'efficacité.", explique Philip Schyle, tavana de Arue.

Le centre de traitement d’alerte devrait être opérationnel en janvier 2018. Son coût de fonctionnement, 232 millions Fcfp par an, sera réparti entre les trois communes au prorata de leur nombre d’habitants. A terme, ce centre d’appel aura vocation à s’étendre à toutes les communes de Tahiti.
Rédaction web avec Tamara Sentis







Dans la même rubrique :
< >

Mardi 12 Décembre 2017 - 11:36 La visite du haut-commissaire à Raivavae annulée

SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017