SOCIÉTÉ

Trop de patentés, loi sur le harcèlement... : la CPME souhaite une réforme du travail


Vendredi 5 Octobre 2018 à 17:18 | Lu 937 fois

SOCIAL - La Confédération des Petites et Moyennes Entreprises (CPME) a tenu ce vendredi 5 octobre une assemblée générale pour évoquer plusieurs sujets qui inquiètent les chefs d’entreprises. Parmi les solutions évoquées : la réforme du code du travail et de certaines lois du Pays.


(Créditi photo : Tahiti Nui Télévision)
(Créditi photo : Tahiti Nui Télévision)
700 entreprises sont actuellement adhérentes à la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises (CPME) en Polynésie française.  Et chez les patrons des petites et moyennes entreprises du fenua, l'inquiétude monte."On voit de plus en plus d'entrepreneurs devant les tribunaux. Les règles s'alourdissent alors qu'il faut les alléger" déclare Christophe Plee, président de la CPME. "Nous avons soumis un certain nombre de propositions au vice-président, et des mesures d'allègement du code du travail au ministre du Travail"  ajoute-t-il.

>>> Lire aussi : Vidéo - Nouvelle cotisation patronale de 0,75% dès 2019 : la CPME réagit

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
Parmi les propositions : une modification, voire une précision de la loi du Pays Levy Agami sur le harcèlement."Même si c'est un salarié qui harcèle un autre salarié, c'est le chef d'entreprise qui sera de toute façon coupable (...) Il y a des vrais dangers pour les chefs d'entreprise en Polynésie aujourd'hui. Ils ne peuvent pas être responsables de tout" déplore Christophe Plee.
Autre demande faite cette fois directement à la ministre en charge du Travail : la modification du code du travail pour l’embauche en contrat à durée déterminée. "On souhaite qu'il ne soit pas utilisé que pour un surcroît d'activité, et qu'il soit flexible dans les deux premières années (...) afin de lutter contre le travail clandestin et les patentés. Tout le monde embauche des patentés car ils n'ont pas de retraite et de cotisations sociales à payer. Il faut revenir à la norme qu'est l'emploi salarié et il ne faut pas que le chef d'entreprise ait peur d'utiliser le CDD pour se retrouver aux tribunaux".

>>> Lire aussi : Les patrons déplorent le manque de propositions des syndicats pour sauver les retraites

De son côté, Nicole Bouteau n’a pas pu apporter de réponses claires sur ces différents sujets car elle n’est en charge du Travail et de la Fonction Publique en Polynésie que depuis 3 mois : "J'entends, et comme je leur ai dit, je termine de faire le tour de mes rencontres avec les organisations patronales et syndicales avant de ré-entamer les discussions sur la réforme du code du travail".

Autre sujet évoqué lors de cette assemblée générale : la nouvelle cotisation patronale. La CPME a demandé au gouvernement de préciser les modalités de ce nouveau prélèvement. Ce dossier est à la charge du ministre de la Santé.
 
Rédaction web avec Sam Teinaore et Esther Parau Cordette






SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | CULTURE | HEIVA 2018 | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Digital Festival Tahiti | Hawaiki Nui | Tahiti Pro Teahupoo | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018