SOCIÉTÉ

Sud de Tahiti : l'électricité va augmenter à partir de juillet


Mercredi 13 Juin 2018 à 16:43 | Lu 991 fois

ENERGIE - A Taiarapu-Est et Taiarapu-Ouest, Teva i Uta et Hitia’a O te Ra, la facture d’électricité va grimper de près de 15 %. Le syndicat Secosud a pris cette décision suite à la hausse du prix du baril de pétrole et à celle de la redevance de la Tep.


(Crédit photo : TNTV)
(Crédit photo : TNTV)
La décision a été prise mardi par le comité syndical Secosud à l’unanimité. A Hitia’a o te Ra, Teva i Uta, Taiarapu-est et ouest, les tarifs de l’électricité vont augmenter de 14.4%.

Cette hausse se fera en deux temps : + 9.4% au 1er juillet 2018 et + 5% au 1er mars 2019. Le président de Secosud et maire de Taiarapu-Est, Anthony Jamet, s’en explique :

« Nous avons des obligations contractuelles : sur le plan juridique et sur le plan financier. Nous avons l’évolution du tarif à la hausse du fuel et de la taxe de la Tep. Je tenais à signaler aussi qu’un contentieux a été ouvert par le concessionnaire pour nous rappeler les obligations contractuelles. Cela permet de régulariser la situation. Il fallait réagir de manière conséquente pour appréhender cette nouvelle tarification. »

RACCORDER PLUS DE FOYERS

Pour sa défense, Secosud rappelle que le nouveau contrat de cession a permis de réaliser plus de 10 kilomètres de ligne électrique en basse tension et de raccorder plus de 250 foyers au réseau de distribution. Anthony Jamet souligne :

« Nous essayons de respecter la devise : électricité pour tous… »

Cette augmentation des tarifs permettra aussi de financer une partie du raccordement des foyers au réseau. Dans les quatre communes, seules 40 % des maisons y sont raccordées.

En Polynésie, 60% de l’électricité est produite par des énergies fossiles. Qui dit hausse des prix du carburant, dit augmentation des tarifs de l’électricité.

UN ENGAGEMENT SUR 17 ANS

Le contrat qui lie Secosud aux fournisseurs d’énergie prévoit que cette variation soit répercutée sur la facture des consommateurs. Pourtant. Les installations hydroélectriques de situent dans les quatre communes du sud. « C’est le constat », réagit Anthony Jamet. 

Dans cette affaire, le vrai paradoxe se trouve dans cette augmentation de tarifs. Au départ, le syndicat a été mis en place pour les baisser. Cette mesure impopulaire pourrait coûter cher aux tāvana à l’approche des municipales. Son président rappelle qu’en cas de baisse du cours du pétrole, les tarifs aussi baisseront.

« Nous nous sommes engagés sur 17 ans et on verra à l’usage. C’est vrai qu’aujourd’hui les effets de l’évolution de baril ont un effet direct sur le prix. Il faut voir comment ça peut évoluer, ça ne dépendra pas de nous. »

Pour l’heure, les seuls concernés par cette hausse des tarifs sont les 12 000 foyers des quatre communes alimentées par le Secosud. Pour le reste de la Polynésie, les tarifs restent inchangés. Ils pourraient être revus à la hausse dans les mois qui viennent. La nouvelle ministre Tea Frogier en débattra début juillet avec le nouveau directeur d’EDT, François-Xavier de Froment.
 
Rédaction web avec Tamara Sentis et Naea Bennett 







Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | CULTURE | HEIVA 2018 | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Hawaiki Nui | Beach soccer | Tahiti Pro Teahupoo | Digital Festival Tahiti | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018