Européennes 2019

Soutien du Tapura à En Marche : "On ne veut pas qu'il y ait d'amalgame" explique Sanquer


Lundi 1 Avril 2019 à 17:23

ELECTIONS EUROPÉENNES - Rififi au Tapura. Selon Nicole Sanquer, le Tapura ne laisse aucune place à la discussion concernant le soutien du parti à la liste LREM. Les parlementaires polynésiens, inscrit à l'UDI, craignent que le nouveau positionnement du Tapura n'entrave les discussions sur la réforme du statut.


En vidéo, l'interview de Nicole Sanquer

Echanges tendus, via communiqués, ce lundi entre les membres du Tapura. Les quatre parlementaires rouge (Maina Sage, Lana Tetuanui, Nicole Sanquer et Nuihau Laurey) ont fait part de leur opposition à la décision de leur parti de soutenir En Marche aux élections européennes. Les parlementaires polynésiens exercent au sein du groupe UDI à l'assemblée. Pour eux, en plein débat sur le statut, cette position du parti d'Edouard Fritch, pourrait avoir de "lourdes" conséquences. 
La réponse du Tapura ne s'est pas fait attendre : le parti n'est lié "par aucune convention" à l'UDI. Le Tapura appelle à voter LREM, et à soutenir Tearii Alpha, "candidat du Tapura sur la liste LREM".   

> L'UDI un "soutien" pour la Polynésie au Sénat et à l'Assemblée

Au fenua en ce moment, la députée Nicole Sanquer a réagi au micro de Tahiti Nui télévision. Elle explique que les parlementaires "travaillent très bien" avec le gouvernement dirigé par Emmanuel Macron, mais "sans afficher un soutien politique. Aujourd'hui, quand on parle des relations Etat-Pays entre la Polynésie et la France, on peut dire que les relations sont bonnes mais nous ne sommes pas pour autant d'accord avec le mouvement politique du gouvernement en métropole. C'est pour cela que le choix d'être dans un groupe centriste nous convenait très bien."

Nicole Sanquer souligne que l'UDI est un véritable appui pour les Polynésiens. "Sur les grandes problématiques de la Polynésie, nous avons un soutien. Il ne faut pas oublier qu'au Sénat, la majorité en place n'est pas celle de Macron. Il s'agit d'une majorité républicaine et UDI. Pour les travaux sur le statut, ils ont soutenu toutes les demandes de la Polynésie, même parfois contre l'avis défavorable du gouvernement."

> ""Ça a été pris comme un acte de révolte"

La députée affirme que les parlementaires demandaient simplement au Tapura une "discussion". Mais le parti d'Edouard Fritch ne laisse aucune place à la contestation. "Ça a été pris comme un acte de révolte (...) alors que notre intention était juste d'avoir un dialogue avec le président car cela a réellement un impact sur nos travaux parlementaires". Nicole Sanquer explique qu'en comité de majorité, ce lundi matin à la présidence, Edouard Fritch a fait savoir son mécontentement et qu'un "rappel au collectif " a été fait : "la décision du Conseil politique a été prise et on doit s'en tenir à ça." 

Les parlementaires se disent surpris de la décision de supporter LREM aux Européennes, d'autant qu'il y a peu, le Tapura avait décidé de ne pas se positionner pour cette élection. "On ne veut pas qu'il y ait d'amalgame sur ce changement de positionnement du Tapura et le vote de la réforme statutaire la semaine prochaine", explique Nicole Sanquer. 

La députée repart jeudi en métropole faire le point avec les trois autres parlementaires. Rien ne dit que les parlementaires suivront les consignes de vote du Tapura. Le parti d'Edouard Fritch s'est exprimé uniquement par communiqué et n'a pas souhaité répondre à nos questions. 


Rédaction web (Interview Laure Philiber / Jeanne Tinorua) 






Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | Miss France 2019 | FAITS DIVERS | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Européennes 2019 | Pharmacies et Médecins de Garde | Festival des îles | TAHITI VA'A 2018 | Beach soccer | FenuaHeroes