MONDE

Séisme au Japon : les secouristes entament une course contre la montre


Jeudi 6 Septembre 2018 à 10:11 | Lu 1313 fois

PACIFIQUE - Les secouristes s'activaient jeudi soir dans le nord du Japon pour tenter de retrouver des survivants dans les décombres de maisons détruites par un puissant séisme de magnitude 6,6 qui a provoqué d'énormes glissements de terrain et une coupure d'électricité générale.


Les dégâts du séisme dans la préfecture de Hokkaido au Japon. Crédit : JIJI PRESS / AFP
Les dégâts du séisme dans la préfecture de Hokkaido au Japon. Crédit : JIJI PRESS / AFP
Au moins onze personnes ont péri, la plupart dans le village d'Atsuma, a indiqué la chaîne de télévision publique NHK. Trente-deux personnes étaient toujours portées disparues, sans doute ensevelies, tandis que quelque 300 habitants ont été légèrement blessés.
Le maire d'Atsuma, Shoichiro Miyasaka, a annoncé que les secouristes allaient travailler "toute la nuit" pour tenter de retrouver des survivants.

Des vues aériennes montraient des montagnes littéralement coupées en deux par d'impressionnants éboulements qui ont arraché tous les arbres et englouti des maisons construites en contrebas.
Pelleteuses et tronçonneuses étaient à l'oeuvre pour dégager la terre et frayer un passage aux secours dans les arbres recouvrant des quartiers entiers et voies d'accès.

Quelque 20 000 hommes, dont des policiers et des militaires des Forces d'autodéfense, ont été mobilisés pour participer  aux opérations de sauvetage, a indiqué le porte-parole du gouvernement Yoshihide Suga. En outre, des effectifs supplémentaires de 20 000 hommes étaient attendus.

 


> "Terrorisée"

"Nous allons déployer tous nos efforts pour sauver des vies", a déclaré le Premier ministre Shinzo Abe après une réunion de crise. Le tremblement de terre s'est produit en pleine nuit dans l'île septentrionale de Hokkaido, à 62 km au sud-est de la capitale régionale Sapporo, deux jours à peine après un typhon dévastateur dans la région d'Osaka (ouest). 
"J'ai été réveillé un peu après 3 heures du matin par la secousse. J'ai allumé la lumière mais elle s'est éteinte juste après" à cause d'une coupure de courant, a confié à l'AFP Akira Fukui, un habitant de Sapporo.
"Il y a eu une secousse soudaine, extrême. Je l'ai sentie (...) très longtemps, ça s'est arrêté puis cela a recommencé à trembler. J'ai 51 ans et je n'ai jamais vécu une telle expérience avant", a raconté Kazuo Kibayashi, un responsable de la ville d'Abira, visiblement sous le choc.
"J'ai cru que ma maison allait s'effondrer, tout était sens dessus dessous", a-t-il dit. "Ma fille, qui est au lycée, était terrorisée".

 


> Pas d'eau

Des refuges ont été ouverts dans les diverses régions touchées. De longues files d'attente se sont formées près des stations-services, des supermarchés, les habitants de la région de Sapporo redoutant le manque d'approvisionnement.
Selon la compagnie Hokkaido Electric Power, 2,95 millions de foyers et autres clients ont été privés d'électricité en raison de l'arrêt de toutes les centrales de la région. Les installations ont commencé à redémarrer progressivement, des hydrauliques d'abord, puis thermiques ensuite, a précisé le ministre de l'Industrie Hiroshige Seko, selon lequel "il faudra au moins une semaine pour que la situation soit totalement rétablie" en dépit des diverses mesures rapidement prises.

Les secousses, d'une force telle qu'il était impossible de tenir debout, selon l'agence de météo, ont aussi causé des coupures d'eau. Des militaires ont déployé des camions-citernes pour parer au plus pressé.
Les transports étaient également fortement perturbés, sur les rails et dans les airs. Tous les trains sont à l'arrêt et l'aéroport de Sapporo Chitose a dû fermer. L'ensemble des vols pour la journée ont été annulés, soit plus de 200.
Les responsables ont mis en garde contre le risque de répliques. 
"Les fortes secousses secondaires ont souvent lieu dans les 2-3 jours suivants", a précisé Toshiyuki Matsumori, chargé de la surveillance des tsunamis et tremblements de terre à l'agence météorologique. "Il y a un risque accru d'effondrement d'habitations et de glissement de terrain dans les zones qui ont connu de fortes secousses". 

> Après un typhon

Le Japon est situé à la jonction de quatre plaques tectoniques et subit chaque année quelque 20% des séismes les plus forts recensés sur Terre. Tout le monde garde en mémoire le terrible tremblement de terre et le tsunami du 11 mars 2011 qui ont tué plus de 18.500 personnes et provoqué la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Le séisme de ce jeudi survient alors que l'archipel se remet à peine du passage du très puissant typhon Jebi qui a tué 11 personnes dans le sud-ouest. Il a laissé dans son sillage des maisons en tout ou partie détruites, des poteaux à terre, des arbres arrachés, des toitures envolées (comme à la gare de Kyoto), des grues affaissées ou des véhicules accidentés.
Le typhon a en outre inondé et isolé l'aéroport du Kansai (Kix), situé en mer sur une île artificielle au large d'Osaka. Il doit partiellement rouvrir vendredi.
AFP







Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | CULTURE | HEIVA 2018 | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Tahiti Pro Teahupoo | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018