FAITS DIVERS

Rixe au bloc opératoire de Cardella : deux praticiens à la cour d'appel


Vendredi 3 Mai 2019 à 09:44

JUSTICE - Au tribunal de Papeete, mercredi 2 mai, la cour d’appel s’est penchée sur l’affaire des deux praticiens qui s’étaient battus dans un bloc opératoire de la clinique Cardella en 2016. L’avocat général a demandé l’aggravation des peines contre le chirurgien et la relaxe de l’anesthésiste.


Selon son avocat, le docteur Maxime Valla est un excellent chirurgien qui n’a jamais failli à son devoir. Il a par contre dénoncé l’attitude des policiers en charge de l’enquête qui se sont uniquement basés sur les déclarations du docteur Parizot décrivant son client comme un toxicomane.

"À partir de là, la presse a pris l'affaire, la DSP a continué sur cette voie-là, qui, finalement n'a jamais existé. C'est-à-dire que le parquet aujourd'hui vient de renoncer à tout ce qui concerne les stupéfiants. Cela veut donc bien dire que dans cette affaire, on est parti vite et haut pour rien, qu'on a attenté à la présomption d'innocence d'un homme dont on a mis la vie en l'air. Ça l'a obligé à rentrer en métropole" a déclaré Benjamin Mairesse, avocat du docteur Maxime Valla.

En première instance, les deux praticiens avaient été condamnés à des peines d’amende. Pour l’avocat du docteur Parizot, il n’y a qu’un seul fautif et c’est le docteur Valla. Son client était en situation de légitime défense.

"Il était dans une telle situation, acculé par une violence verbale, physique, agressé par son confrère, qui, pour se dégager de cette situation, n'a eu d'autre choix que d'exercer lui-même un acte de violence. Mais un acte de violence tout à fait proportionné par rapport à l'agression dont il a été victime. Puisqu'il a été victime de violences physiques une première fois, et c'est en revenant à la charge que le chirurgien, effectivement, a menacé une nouvelle fois de commettre ces violences, qu'il a eu ce geste de dégagement pour pouvoir échapper à ces violences physiques" a expliqué Gilles Jourdainne, avocat du docteur Patrick Parizot.

L’avocat général a retenu la légitime défense pour le docteur Parizot et a demandé sa relaxe. Pour le docteur Maxime Valla, il a demandé la confirmation des peines de première instance en y ajoutant une période d’interdiction de pratiquer la médecine. La cour d’appel rendra son arrêt le 6 juin.
 
Rédaction web avec Sam Teinaore







Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 23 Mai 2019 - 17:18 Une voiture prend feu à Punaauia

SOCIÉTÉ | Miss France 2019 | FAITS DIVERS | CULTURE | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Européennes 2019 | Pharmacies et Médecins de Garde | Festival des îles | TAHITI VA'A 2018 | Beach soccer | FenuaHeroes