SOCIÉTÉ

Rentrée scolaire : des allocations indispensables pour de nombreuses familles


Samedi 19 Août 2017 à 09:55 | Lu 4961 fois

VIDEO - La rentrée scolaire représente un important budget pour de nombreuses familles polynésiennes. Pour venir en aide à ces ménages, la CPS leur alloue des allocations. Mais celles concernant les enfants les plus âgés tardent à être versées au grand désarroi des familles concernées.


Dans le quartier de Titioro, Gwendolina est seule à s’occuper de ses trois enfants depuis le décès de son mari l’an dernier. La jeune femme n’a que de très faibles revenus et malgré ses tentatives, elle ne parvient pas à décrocher un emploi.

Difficile dans ces conditions de préparer la rentrée. Les allocations familiales et de rentrée scolaires qu’elle a touchées pour deux de ses trois enfants ont servi à l’achat de fournitures uniquement pour son fils de 17 ans. Et les allocations le concernant n’ont, elles, pas été versées.

C’est aussi le cas d’autres familles du quartier. « Les aides de scolarité n’arrivent pas à temps », fulmine Vaihere Poroi, maman de quatre enfants.

Fort heureusement, elle avait « économisé » les allocations versées en avril pour anticiper la rentrée ce qui lui a permis d’acheter fournitures et vêtements à ses enfants.

Depuis 2016, l’allocation de rentrée scolaire proposée par la CPS a été étendue au régime de solidarité.

Pour un enfant de moins de 6 ans, elle s’élève à 5000 francs. A 8000 francs pour les enfants de 6 à 12 ans, 12 000 francs pour les 12 -16 ans et 16 000 pour ceux de plus de 16 ans.

Et pour toute les familles bénéficiaires, l’allocation est versée au début du mois d’août. En principe car la règle ne s’applique pas automatiquement pour les élèves les plus âgés.

« On s’aperçoit malheureusement qu’il y a pas mal d’enfants qui ne sont pas scolarisés après 16 ans ou qui décrochent », constate Cathy Puchon, cheffe d’unité de prestations sociales à la CPS, « il vaut mieux attendre le certificat de scolarité de l’année pour donner cette allocation ».

Si ce document est transmis à la CPS par les établissements eux-mêmes, les familles concernées devraient patienter encore quelques semaines avant de pouvoir toucher leurs allocations.

Ce dispositif d’aide, qui bénéficie à plus de 33 000 enfants, représente un budget total de 491 millions de francs.

 

Rédaction web avec Maite Mai et Brandy Tevero 









Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | TAHITI VA'A 2017 | VA'A PORTRAITS | FenuaHeroes | FAITS DIVERS | POLITIQUE | SPORT | CULTURE | BUZZ | MONDE | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | HawaikiNuiVaa2017