SOCIÉTÉ

Réforme de la PSG : Mahinui Temarii n’exclut pas un nouvel appel à la grève


Samedi 8 Septembre 2018 à 12:59 | Lu 2545 fois

SOCIAL - Le Rassemblement des travailleurs polynésiens, qui n’est pas d’accord avec la dernière version du projet de loi, espère être reçu par Edouard Fritch, le président de la Polynésie française.


Mahinui Temarii. (Archives TNTV)
Mahinui Temarii. (Archives TNTV)
Vendredi en fin d’après-midi, le Rassemblement des travailleurs polynésiens (la nouvelle confédération syndicale) a été reçue par le haut-commissaire.

A sa sortie, Mahinui Temarii nous a expliqué qu’il souhaitait encore rencontrer des représentants du Pays pour discuter de la réforme de la PSG (Protection sociale généralisée) dont le texte a été adopté la semaine dernière en commission à l’assemblée.

Un texte qui pourrait être discuté et voté en séance plénière à l’assemblée de Polynésie française (APF) dès le 20 septembre lors de l’ouverture de la séance budgétaire.

 >>> Lire aussi - Le Rassemblement des travailleurs polynésiens : naissance d’une nouvelle plateforme syndicale

"Mais on souhaite encore discuter, insiste Mahinui Temarii. J’ai essayé d’appeler sept fois le président de l’assemblée de Polynésie française Gaston Tong Sang mais il ne m’a pas répondu. Nous espérons aussi rencontrer les président de groupe de l’assemblée." Le secrétaire général du RTP a rencontré le président du Syndicat pour la promotion des communes de Polynésie française, Cyril Tetuanui qui, selon Temarii va essayer d’organiser une rencontre avec le président Edouard Fritch.
 
Alors que les élus sont tombés d’accord sur la réforme en commission, avec notamment le vote des deux anciens syndicalistes Angélo Frebault et Vaitea Le Gayic, le RTP n’abandonne toujours pas l’idée d’un mouvement de grève pour protester notamment contre le report de l’âge de la retraite à 62 ans. "Nous allons consulter notre base en début de semaine prochaine et nous déciderons de ce que nous devons faire", explique Mahinui Temarii.

"Le haut-commissaire nous a mis en garde contre tout dérapage"
 
Quant à l’entrevue avec René Bidal, elle a été accordée, selon le haut-commissariat, parce que c’est une nouvelle confédération. "Si nous devions partir en grève, le haut-commissaire nous a mis en garde contre tout dérapage", raconte Mahinui Temarii.
 
Le Rassemblement des travailleurs polynésiens- Amuitahira’a rave ‘ohipa no Porinetia regroupe la branche dissidente de la CSTP-FO, O Oe to Oe Rima, la Fraap  (syndicat des fonctionnaires du territoire) et la Cosac Faa’a. 


Bertrand Parent







Dans la même rubrique :
< >

SOCIÉTÉ | FAITS DIVERS | CULTURE | HEIVA 2018 | BUZZ | MONDE | SPORT | POLITIQUE | Digital Festival Tahiti | Hawaiki Nui | Tahiti Pro Teahupoo | Mister Tahiti | Festival des îles | RECORD DU MONDE UKULELE | FenuaHeroes | Pharmacies et Médecins de Garde | L'IMAGE DE LA SEMAINE | EMISSION WEB | VA'A PORTRAITS | TAHITI VA'A 2018